Action, Comédie, Drame, Policier

Arrest the Restless (1992)

Teddy Boy

Après son diptyque Lee Rock (1991), Lawrence Ah Mon voyage à nouveau dans le passé pour poser l’action d’Arrest the Restless (1992) dans les sixties. Il y signe une comédie dramatique prenant en toile de fond de jeunes délinquants en marge de l’univers des triades.

Dans les années 60, le sergent Lam (Charles Heung Wah-Keung, à se demander s’il n’interprète pas le même personnage que dans Lee Rock II) tente d’arrêter Sam (Eddie Ng Kwok-Ging), jeune malfrat qui est notamment suspecté de viol et qui s’avère être le fils d’un riche homme d’affaire (Joe Cheung Tung-Cho). Mais Lam se retrouve face au refus catégorique de sa hiérarchie et d’un collègue, Ngan Tung (Paul Chun Pui). Il découvre qu’une certaine forme de corruption existe et ne tarde pas à être muté à la brigade des mineurs. Une fois muté, son chemin croise celui de Teddy (Leslie Cheung Kwok-Wing), une petite frappe en conflit avec Sam et sa bande. Lam voit une occasion de stopper les agissements de Sam, tandis que ce dernier et ses acolytes s’attaquent aux proches de Teddy…

Épaulé de son scénariste fétiche, Chan Man-Keung qui s’adjoint pour l’occasion les services de Tsang Kan-Cheung, Lawrence Ah Mon dépeint avec Arrest the Restless le visage obscur d’une partie de la jeunesse qui se fourvoie dans le viol, le trafic de drogue ainsi que le meurtre. Une jeunesse qui fait échos à celle, plus contemporaine de son premier film, Gangs (1988). Et comme il avait pu le montrer avec ses deux films qui revenaient sur la carrière du policier Lee Rock, il y montre encore une police gangrenée par la corruption. Une image critique où seule une poignée de policiers semblent intègres à l’image du sergent Lam. Cette poignée compte bien faire respecter les lois quoi qu’il en coûte, et amener ainsi devant la justice des délinquants toujours plus violents. On assiste alors à des agissements policiers qui font penser aux Incorruptibles (1987) de De Palma. En parallèle de l’intrigue policière se joue celle de Teddy. On découvre cette forte tête au quotidien, entre une mère (Deannie Yip Tak-Han), joueuse invétéré de mah-jong et sa petite-amie (Vivan Chow Wai-Man) qui emprunte plus ou moins son style de vie.

Globalement, Arrest the Restless est un bon divertissement qui s’apprécie. On n’échappe pas à des personnages et des interprétations quelque peu caricaturaux, mais ils reflètent des situations qu’on pourrait qualifier de « réelles », tant elles s’ancrent dans un commentaire social. On y voit les relations difficiles de la police et des policiers. Les relations en interne où la corruption est omniprésente mais également les relations plus personnelles. Ainsi, la femme de Lam lui reprochera d’être irréprochable et donc de mener une vie modeste, loin du faste consumériste d’un corrompu. De son côté, Teddy offre avec sa mère des scènes savoureuses à la fois drôles et émouvantes. Arrest the Restless vogue ainsi avec un ton léger et parfois dur, voire violent. Pour le ton plus enjoué, on soulignera ici l’affrontement entre deux factions de policiers, où l’un d’eux vient à commenter, par le biais de sa CiBi la bagarre qui fait rage sous ses yeux. Quant au ton plus brutal, une séquence sort du lot. On y voit le personnage de Vivian Chow avec une amie faire face à la bande de Sam. Une séquence à huit clos terrible où les jeunes femmes seront sauvagement mutilées.

Arrest the Restless est un témoignage cinématographique intéressant sur le Hong Kong des années 60 : sa police, ses agissements, ses jeunes délinquants et leurs conflits. La reconstitution est réussie et dépeint avec tragédie une face sombre, où l’on n’hésite pas à utiliser de l’acide pour régler ses comptes.

arrest the restless_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s