Comédie, Policier

Red Panther (1983)

Doc small pieces

Dernier long-métrage de Kong Lung, Red Panther (1983) est une comédie policière à suspense où un tueur en série aux frappes chirurgicales sévit.

Tandis qu’il assiste à un opéra chinois avec sa mère possessive, l’inspecteur Lei (James Yi Lui) compte une nouvelle victime. Elle est celle d’un tueur en série qui a la particularité d’anesthésier ses proies avant de les découper. En effet, une fois endormies, leur bourreau réalise des opérations chirurgicales qui les tuent. Poussé par sa hiérarchie qui lui donne une semaine pour clôturer cette affaire, l’inspecteur Lei se met en quête. Malheureusement pour lui, des problèmes hémorroïdaux l’empêchent d’être à 100%, aussi bien au niveau de son travail que la relation qu’il entretient avec Margret (Margaret Lee Din-Long), sa petite-amie infirmière…

Des films de ’83 qui ont cette aura « Category 3 » avant l’heure, Red Panther en fait indubitablement partie. Que ce soit dans un certain type de personnage exposé à l’écran que la nature de l’œuvre, aussi bien sur le fond que la forme. Avec le suspense qui parvient à être maintenu tout du long, Red Panther vaut essentiellement pour cela. Pour le reste, il serait compliqué de lui trouver un intérêt. Quelques plans sont travaillés et intéressants dans leur exposition, c’est un fait. Mais à part ça, le film peine à réellement susciter d’envie. La découverte du tueur en série ? Oui. On s’y accroche mais globalement le ton du film, notamment par son humour adolescent porté sur la chose, entre autre ne convainc pas. J’avoue qu’à un moment, James Yi Lui en flic loufoque aux problèmes hémorroïdaux, c’est un peu lourd. Mais que voulez-vous ? C’est un certain cinéma HK dans toute sa splendeur. Celle du mélange des genres poussifs. Du coup, il s’en dégage un film sans consistance et en totale roue libre. Même s’il est vrai, et c’est assez paradoxal que cela se marie plutôt bien à l’intrigue principale. Sans ça, dans les sources d’inspirations de l’équipe de scénaristes, on pourrait souligner comme piste les meurtres en séries de Lam Kor-wan (arrêté en 1982 pour un procès en mars/avril 1983).

Dans ce qu’il a à nous fournir, Red Panther est une production au divertissement honnête. Un film qui fleure bon les années 80 où qualités et défauts se renvoient la balle jusqu’à offrir une œuvre, certes brinquebalante mais qui assure le spectacle.

Fiche du film.

Merci à Margy (VCD)

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Red Panther (1983)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s