Action, Ero'/Porn', Policier

Naked Killer (1992)

Basic instinct

Produit et écrit par Wong Jing, Naked Killer (1992) est mise en scène par l’un de ses collaborateurs, Clarence Ford. Ce dernier relate l’histoire de tueuses à gages sur fond de romances.

Tinam (Simon Yan Tat-Wah) est un policier qui enquête sur une série de meurtres. Elle vise tous des hommes dont la particularité est qu’ils se retrouvent castrés. Il ne tarde pas à faire la connaissance de Kitty (Chingmy Yau Suk-Ching), une jeune femme qui le fait passer pour son petit-ami devant son père. Alors que ce dernier se fait tuer, Kitty décide de le venger. Recherchée, elle est recueillie par Cindy (Yiu Wai). Après lui avoir fournie une nouvelle identité, elle l’initie alors à l’art de tuer jusqu’au jour où Princess (Carrie Ng Ka-Lai), une ancienne élève refait surface…

Naked Killer. Wong Jing aurait écrit le film pour Chingmy Yau, sa petite-amie de l’époque. L’ambition était de faire d’elle une star, chose réussie tant la communication autour du film était calibrée, jouant essentiellement sur le côté sexy de l’actrice. Après visionnage, si le film de Clarence Ford dégage un pouvoir érotisant auquel participe Yiu Wai et Carrie Ng force est de constater que le seul corps dénudé exposé sera celui de l’actrice japonaise Madoka Sugawara. Passé sur cette éventuelle déception, Naked Killer n’en reste pas moins prenant, au menu : sexe et violence. Voilà le cocktail au programme de ce Cat. III qui brasse aussi bien les relations homosexuelles (lesbiennes) que le trauma dont le personnage de Simon Yam est atteint. Cet univers dépeint coloré faussement arty (Chingmy Yau et Yiu Wai sur canapé), souvent de mauvais goût (ah, ces dialogues sur le viol et ce pénis ingurgité) s’inscrit alors dans la veine du Girls with Guns mais ici en tenues légères. La grande force de ce film d’exploit’, c’est qu’il parvient à conserver un rythme soutenu. Les scènes d’action y sont distillées à tempo régulier pour capter l’attention du spectateur. On retiendra tout particulièrement celle du parking pour sa chorégraphie et l’exécution épileptique. Quant aux interprétations, elles se tiennent. Entre un Simon Yam dans le registre qui est sien, personnage souffrant de maux intérieurs ou bien d’une Carrie Ng campant à merveille cette femme fatale.

Category 3 d’action érotique fantasmagorique et racoleur, Naked Killer emballe par son esthétisme et quelques clairvoyances bienvenues.

naked killer_peloche

Fiche du film.

Merci à (unknown) (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s