Action, Drame, Triade

Rich and Famous (1987)

Association

Produit par Johnny Mak Tong-Hung, Rich and Famous (1987) de Taylor Wong Tai-Loi est le premier volet d’un diptyque consacré à l’univers mafieux. Notons qu’il est le préquel de Tragic Hero (1987), sortit quelques mois plus tôt. En effet, pas convaincu par le résultat définitif et compte tenu du succès de la séquelle, le film qui nous intéresse ici sortit finalement peu de temps après sur les grands écrans.

Yung (Alex Man Chi-Leung), joueur invétéré, Kwok (Andy Lau Tak-Wah) et Chu (Pauline Wong Siu-Fong) forment une famille qui essaie de survivre au quotidien. Tandis que Yung a des soucis avec ses créanciers, Kwok lui vient en aide. Menacés par des membres de la Triade, leur sœur essaie de se rapprocher de Chai (Chow Yun-Fat), un caïd pour qu’il défende leur cause. Ce dernier se prend d’affection pour eux et les prend sous son aile…

Honnête film de gangsters, Rich and Famous offre tout ce que l’on peut attendre dans ce registre. Il y a des scènes de fusillades, certes peu nombreuses mais assez intenses, des intrigues qui tournent autour de rivalités claniques avec des rebondissements, et surtout une dimension tragique qui emporte nos protagonistes. A ce propos, il est fort intéressant de voir l’évolution d’un personnage comme celui campé par Alex Man. Ce dernier n’hésite pas à trahir pour l’argent et l’ivresse du pouvoir. Ce volte-face est d’autant plus frappant et décontenançant qu’il est l’un des personnages principaux auxquels on s’était attaché, notamment pour les liens qu’il partageait jusqu’alors avec Kwok. L’intérêt de Rich and Famous réside également dans les emprunts qu’il réalise. Ainsi, on s’interpellera de voir nos mafieux vêtus de trench-coat. Cette imagerie rappellera forcément celle de certains films de Jean-Pierre Melville (lui-même inspiré par le film noir états-unien) qui auront marqué un certain nombre de cinéastes asiatiques (dont John Woo qui a tant emprunté à l’homme au chapeau). Cette imagerie additionné à celle d’hommes prêts à en découvre connotent fortement le film de Taylor Wong. On se croirait revenu en arrière, dans ces vieux films de gangsters bousculé par l’Heroic Bloodshed eighties à l’emprunte hongkongaise. L’autre point qui ne peut qu’interpeller, c’est lors de la scène du mariage. L’ambiance qui s’en dégage, la mise en place de l’action ne peut que rappeler l’essence même que constituaient les scènes finales du Parrain de Francis Ford Coppola. Là aussi, on ressent donc une forme d’hommage. D’ailleurs, cette séquence au sortir de l’église fonctionne de bien belle façon enchainant sur une course-poursuite et le final désespéré qui clôture le métrage.

S’il n’est pas un grand film de gangsters, Rich and Famous n’en garde pas moins des qualités qui le rendent appréciables.

rich and famous_peloche

Fiche du film.

Merci à Winterheat (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s