Action, Drame, Policier

Fatal Termination (1990)

Il ne fallait pas les énerver…

Fatal Termination (1990) de Andrew Kam Yeung-Wa est un actioner passé à la postérité pour l’une des scènes les plus folles du Cinéma (notez le « c » majuscule). Imaginez une petite fille tenue par les cheveux à l’extérieure d’une voiture à pleine vitesse et… je m’arrête là, tant déjà ce début montre une certaine folie et irresponsabilité. On ne s’y trompe pas. Nous sommes bien dans un film bis qui se mue à mesure qu’il avance en une œuvre d’un sadisme fou.

Un trafic d’armes de guerre voit des terroristes (des gweilos grimés avec keffieh et agal sur la tête !), un malfrat (Phillip Ko Fei également producteur) ainsi qu’un responsable des douanes (Robin Shou Wan-Bo) collaborer ensemble. Un policier « à l’américaine » (Simon Yam Tat-Wah) qui traque un terroriste soupçonne l’aéroport d’être une plaque tournante. Menacés, les malfrats et les douaniers corrompus éliminent un témoin gênant. Ce dernier est le beau-frère d’une femme (Moon Lee Choi-Fung) dont le mari est également policier (Ray Liu Leung-Wai)…

Commençant comme un film policier lambda aux scènes d’actions succinctes (notamment une course-poursuite de nuit franchement pas mal) et avec quelques longueurs (mauvaise gestion des temps-fort et temps-mort), Fatal Termination prend une ampleur bienvenue lors de la dernière demi-heure. Elle passe à la vitesse supérieure en enchainant tatane urbaine, vite expédiée (Phillip Ko vs Moon Lee) mais maitrisée, mais surtout en orchestrant des gunfights et des explosions à foison. Ajouter à cela des hélicoptères et des voitures criblées de balles dans un décor désolé et nous ne sommes pas loin d’un post-nuke qui se donne les moyens de faire les choses en grand. Le décor naturel et dépouillé qui passe d’un toit d’immeuble grisâtre à un terrain vague renforce le côté désespérée de l’œuvre. Si l’on avait pu goûter à la perversité tout en excès dont l’auteur fait preuve avec ses personnages jusqu’alors, il enfonce le clou (rouillé) dans ce dénouement d’une tragédie sans pareil. Les personnages de Ray Liu et Moon Lee deviennent un couple d’auto-justiciers empreint d’une noirceur obstinée. Ils n’ont plus rien à perdre et nous le montre de façon expéditive bien que cette partie dure. Un grand moment d’action avec tout ce que cela incombe à ce genre de production.

Fatal Termination est un film sombre et violent, un film d’une dramaturgie forte à haute teneur spectaculaire. S’il est imparfait, son explosivité parvient à nous scotcher. Un film over the top comme savait nous en faire l’industrie cinématographique hongkongaise.

A noter que la petite fille martyrisée, Chan Cheuk-Yan a notamment interprété le rôle de la fille du personnage de Yuen Biao dans On the Run (1988). Ayant stoppée sa carrière en 1993, on peut aisément extrapoler qu’elle subit aujourd’hui les séquelles post-traumatiques de ce genre de production… (sarcasme)

Fiche du film.

Merci à Tengu440 (DVD)

Par défaut

Une réflexion sur “Fatal Termination (1990)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s