Action, Comédie

Dragons Forever (1988)

Heroic Trio  

Sur un scénario de Sze-To Cheuk-Hon (Une Flic de choc, 1986), Dragons Forever (1988) de Sammo Hung Kam Bo met en scène une comédie d’action des trois « frangins » Chan/Biao/Hung. Ce film ô combien divertissant est le dernier baroud d’honneur avant de mettre un terme à leur collaboration cinématographique.

Un avocat emploi deux de ses amis pour lui apporter des informations sur la femme qui attaque en justice l’homme qu’il est censé défendre devant les tribunaux. Il découvrira avec l’aide de ses amis que l’homme qu’il défend est un trafiquant de drogue…

Dragons Forever. Jackie Chan. Yuen Biao. Sammo Hung. Dernier tour de piste pour les comparses qui nous assènent un film sympa, plutôt bien rythmé et dans lequel on prend son pied. L’histoire n’a rien de sensationnelle et est même sans intérêt. Elle est juste prétexte à nous livrer de l’humour, des gags et de bons combats (on ne s’en plaindra pas). Ils forment un super trio infernal qui atteint des hauteurs, des hauteurs… notamment dans l’action : wouah ! Il faut les voir se battre entre eux, génial. On n’oubliera pas non plus qu’ils sont épaulés par un casting monstre (James Tin Jun, Dick Wei, Benny « Mascara » Urquidez,…) qui livre de sacrée performance. C’est juste immense. Dragons Forever est une comédie hongkongaise typique qui fonctionne. On pourrait reprocher à l’aspect « amourette » d’être niais mais le côté cul-cul se laisse regarder et on ne s’ennui pas une seconde. On en rit même. Alors, on aurait sans doute voulu voir encore plus de tatane, du moins que les scènes en question durent plus longtemps. Ce n’est que pour mieux nous servir un final qui se veut monumental. Rien que du bon avec des cascades hallucinantes.

Dragons Forever est un divertissement efficace qui nous entraîne durant une heure trente de bonheur pour les yeux. On s’y amuse et s’y extasie. Un classique.

Une spéciale pour la performance de Yuen Biao qui en plus d’apporter ses prouesses physiques qui laisse bouche bée, interprète avec merveille son personnage qu’il s’accapare de but en blanc et de bout en bout. Sans doute sa meilleure interprétation bien que l’on cite souvent sa performance dans On The Run (1988). Pour moi, c’est celle-ci. Par contre, il est malheureux de le voir si peu à l’écran.

Fiche du film.

Par défaut

6 réflexions sur “Dragons Forever (1988)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s