Action, Policier

The Real Me (1991)

Memento

Petit actioner policier, The Real Me (1991) est le fait de Chow Wah-Yu.

Master Hwa (Hsu Hsia) est un homme d’affaire mais aussi un ponte du trafic de drogue. Une nuit, il se fait dérober une disquette contenant des informations importantes sur ses activités illégales. C’est Fok Chiu (Kong Wa) qui est à l’origine de cette action. Alors que Chiu prend la fuite, il est rattrapé par deux hommes de mains de Hwa. S’ensuit alors un accident. Chiu se réveille à l’hôpital, amnésique. Il apprend qu’il est un flic infiltré. Mais très vite, il doit faire avec les hommes de Hwa, bien décidés à mettre la main sur la disquette ainsi que Garry Chan (Chin Siu-Ho), un flic d’Interpol qui veut le faire tomber pour une transaction de drogue faite à New York.

The Real Me, c’est la série B d’action hongkongaise stéréotypée du début des années 90 par excellence. Tout y est vite expédié : récit, mise en scène, interprétations… On assiste à une histoire peu crédible qui joue grossièrement avec les facilités scénaristiques. La réalisation de Chow Wah-Yu est à la peine, celle d’un tâcheron qui s’emploie tant bien que mal à faire vivre ses personnages. Les acteurs, eux se débrouillent. Ce n’est pas de la grande composition mais ça reste convenable dans le registre de ces rôles caricaturaux qu’ils doivent endosser. D’ailleurs, le casting comme souvent dans ces productions dégainent des visages connus et respectés du genre. Que soit Chin Siu-Ho, Michiko Nishiwaki, Kara Hui Ying-Hung ou encore Karel Wong Chi-Yeung. Par contre, Kong Wa qui tient ici le rôle principal manque tout de même de charisme. Le genre d’acteur interchangeable qui ne marque pas vraiment la pellicule et c’est bien dommage. On ne s’attache alors pas plus que ça à Fok Chiu qui joue à l’indécis tout du long. Penchant à la fois pour les criminels et les policiers. Une attitude qui aurait pu être intéressante à développer s’il y avait eu un vrai travail de fond. Ici, tout est exposé en surface comme les gunfights qui manquent de corps. On pouvait s’attendre à mieux de Chui Fat. Reste les scènes martiales, sans être non plus notables où Michiko Nishiwaki et Kara Hui montrent leurs capacités athlétiques. Toujours appréciable, plus encore lorsqu’elles s’affrontent. Pour le reste, on termine sur une note positive où l’ensemble des parties concernées se retrouvent. Le dénouement final offre les faits d’armes habituels (fusillades, combats pieds/poings) dans cette cacophonie commune et récréative.

The Real Me, un autre de ces petits actioners policier sans éclat.

A noter la présence de Mark Houghton en toute fin de pellicule avec d’autres gweilos.

the real me_peloche

Fiche du film.

Merci à wongchowleung (VCD)

Par défaut

2 réflexions sur “The Real Me (1991)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s