Action, Fantastique

The Cat (1992)

Return home

Dernier long-métrage de Lam Nai-Choi, The Cat (1992) est une œuvre fantastique s’inscrivant dans la série Z pure et dure, et pouvant se qualifier à juste titre d’œuvre bis ou bien nanardesque.

Wisely (Waise Lee Chi-Hung) est un écrivain qui enquête sur des évènements mettant en scène une jeune femme, Princess (Gloria Yip Wan-Yee) et son chat. Peu de temps avant, il avait été alerté par un ami, Lee Tung (Lawrence Lau Sek-Yin) qui les avait comme voisin, ainsi qu’un ami inspecteur de police, Wang Chieh Mei (Phillip Kwok Chun-Fung) qui tente de lever le voile sur une série de cambriolage visant des musées. Wisely ne tarde pas à découvrir que Princess et son chat sont d’origines extraterrestres et qu’ils sont poursuivis par un mal…

Un duo de scénaristes (Chan Hing-Kar, Gordon Chan Ka-Seung) qu’on imagine sous cacheton et un duo de producteurs (Chua Lam, Michael Lai Siu-Tin) qu’on imagine tout autant crédules sont à l’origine de l’étonnant et perplexe The Cat, fulgurance science-fictionnelle que son auteur, Lam Nai-Choi magnifie par la touche qui le caractérise. Il livre un film bizarre s’inspirant d’œuvres de cinéma comme Danger planétaire (1958) et bâtard dans les différents tons qu’il emploi, notamment au travers de touches horrifiques qu’il s’amuse à mêler au gore. Il enfante alors une œuvre badass et de mauvais goût. Lam Nai-Choi y joue aussi bien avec l’érotisme auteurisant (la scène humide avec l’actrice Christine Ng Wing-Mei revenant de sa partie de tennis) dont il moque l’univers – voir l’écrivain avec son énorme demeure remplit de livres et dégustant des mets d’un certain standing – que de l’actioner de série B lambda avec ses gunfights et ses explosions (voir ici dans la troisième partie l’utilisation des cocktails Molotov), véritable tourbillon de violence enflammé. Lam Nai-Choi joue donc, il s’amuse à nous raconter cette histoire de monstre du troisième type en bricolant, usant du système D pour dégainer son armada de divertissement à base de scènes hautement perchées. Le spectateur est à la fois halluciné et consterné.

The Cat ? Juste culte.

the cat_peloche

Fiche du film.

Merci à yopdiesel (DVD)

Par défaut

Une réflexion sur “The Cat (1992)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s