Drame, Fantastique, Policier

Finale in Blood (1993)

Le parapluie

Deuxième long-métrage qu’il réalise, Fruit Chan Goh faisait de Finale in Blood (1993) une comédie dramatique fantastique narrant une histoire d’amour à l’issue tragique.

Cheng Ming Pao (Lawrence Cheng Tan-Shui) est un animateur radio qui entre en contact avec le fantôme d’une jeune femme, Fong Yan (Tiu Gwan-Mei). Pour se venger, elle convint Cheng de raconter son histoire à la radio. Le programme connait alors un certain succès populaire et l’homme à l’origine du décès de Fong Yan se montre alors…

Pour ses débuts de cinéaste, Fruit Chan s’en sort pas mal. Finale in Blood n’est pas un classique à savourer parmi tant d’autre, mais il offre tout de même dans son entier un moment sympathique. On se laisse porter par cette histoire d’amour populaire destinée au plus grand nombre. Un film commercial calibré, certes mais qui donne ce qu’il a. Il y offre de l’émotion, du suspense, une histoire prenante avec un trio amoureux. Un ensemble qui est porté par des acteurs qui s’en sortent correctement. A savoir, si l’on se souviendra de lui après son visionnage, c’est peu probable. Il n’empêche que son auteur nous montre qu’il est un bon artisan. Ce n’était pas encore le Fruit Chan qui allait se faire connaître quelques années plus tard avec Made in Hong-Kong (1997), son troisième long-métrage et qui allait alors montrer sa singularité d’artiste.

Pour la petite anecdote, il semblerait que le tournage, du moins le résultat fut très compliqué pour le cinéaste. En effet, le film a été mis en scène en 1991 pour une distribution en 1993. On peut imaginer que Finale in Blood n’a pas fait l’unanimité au sein de Try Ease Ltd et de ses producteurs. D’ailleurs, le film fut un échec au box-office.

finale in blood_peloche

Fiche du film.

Par défaut

2 réflexions sur “Finale in Blood (1993)

  1. Realisateur dit :

    Triste trajectoire que celle de Fruit Chan, ses années 97-2000 étaient quand meme sacrement bonnes! Apparement son court de Tales from the dark est pas nul, mais j’ai peur que son « The Midnight After » soit un truc horrifique à la con (ça sera tjs mieux qu’une merde DTV nippone ceci dit)

    • Je te rejoins, vrai que c’est triste. Et au vu de ses films 97-2000, je m’attendais vraiment à ce qu’il s’impose comme l’un des cinéastes importants de l’ex-colonie britannique.
      J’avoue l’avoir lâché après sa participation dans « 3 extrêmes ». Du coup, tu suscites ma curiosité avec son « Tales from the Dark 1 ». Après le pour le reste… (mais il est certain que ce sera toujours mieux qu’une merde de DTV nippon).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s