Triade

Secret Signs (1993)

Society

Qui est Jim Choi Ji-Ming ? Il est le producteur d’une poignée de films, quatre pour être exact dont Secret Signs (1993) fait partie et pour lequel il aurait contribué au scénario. Ce film de triade était la dernière production de cet homme d’affaires en tout genre (sauna, karaoké,…) qui confia les commandes au cinéaste Dick Cho Kin-Nam. Dernière production ? En effet, l’homme qui était notamment l’agent de Jet Li devait mourir abattu de quatre balles dans la tête.

Alors que l’industrie cinématographique de Hong Kong est sous la menace toujours plus croissante des Triades, une équipe de cinéma décide de voyager dans plusieurs pays où cette mafia est implantée. Elle interviewe alors des policiers ainsi que des malfrats. L’un d’eux, incognito, officiant aux Pays-Bas se raconte… nous découvrons alors l’arrivée de Kam (Max Mok Siu-Chung) et de sa famille qui fuit la Chine continentale pour Hong Kong. Alors qu’ils traversent la mer avec un bateau gonflable, Kam est l’unique survivant. Il est recueilli par un cousin (Terrence Fok Shui-Wa) qui appartient à un gang et qu’il ne tarde pas à épauler…

Secret Signs voit le jour dans un contexte singulier à Hong Kong. En 1992, une grande partie de ses acteurs se réunissent, notamment des stars comme Jackie Chan et se révoltent contre l’omniprésence mafieuse dans leur industrie. La situation est telle que la plupart des acteurs, rarement payés sont menacés par les membres des Triades pour jouer dans leurs productions. Le cinéma est alors une source de revenu et de blanchissement d’argent pour ses organisations criminelles qui n’hésitent pas à employer certains de ses membres dans l’équipe technique. Jim Choi Ji-Ming n’échappe pas à cette règle du milieu puisqu’il semble (sans véritable confirmation à ce jour) qu’il alla jusqu’à mettre la pression sur l’actrice Carina Lau Ka-Ling (serait-ce d’ailleurs le commanditaire de son enlèvement ?) pour l’obliger à jouer dans China White (1989) avec Andy Lau Tak-Wah et Alex Man Chi-Leung. Secret Signs s’amuse alors, par le biais de carton en début de film à relater ces évènements de 1992 pour ensuite nous montrer l’équipe du film voyageant de New-York à Amsterdam en passant par Londres et Sydney pour tenter de comprendre ce phénomène mafieux. Le premier quart d’heure est un « surprenant » documentaire qui invite le spectateur à prendre le pouls de ces organisations criminelles. Ce début de film surfe donc sur la dénonciation du crime organisé, en apparence seulement. Une fois que le récit entre de plein pied dans la fiction, on comprend qu’au-delà du fait de vouloir donner un cachet à son film, Secret Signs s’inscrit surtout et avant tout dans le film de triade à la démarche racoleuse.

S’il y a une bonne idée dans ce Secret Signs, c’est bien celle-ci : prendre l’actualité brûlante, celle de l’industrie cinématographique du moment, agir par le biais de l’investigation documentaire et ensuite narrer le récit d’un clandestin devenu gangster par la force des choses. Ce documentaire qui plonge dans la fiction est bien pensé. On bascule d’un entretien avec un mafieux à la fiction qui montre l’unique survivant d’un passage de clandestins. A part cela, pas grand-chose à relever. Secret Signs se montre comme l’archétype du film de Triade avec une trame classique et sans surprises sur les évènements dépeints. Un clandestin qui n’a d’autre moyen que de survivre en tâtant du crime. Ce même clandestin qui devient un membre à part entière de ce crime organisé puis vient l’ascension, la romance injecté dans son histoire personnelle et la chute. C’est éternellement la même histoire qui se joue du miséreux qui n’a rien et qui arrive à tout. Du coup, on assiste à ce récit sans entrain particulier, juste animé par quelques scènes sanglantes à la violence exacerbée. Mais c’est peu de chose et Secret Signs perd de son intérêt à mesure qu’il avance. Il restera tout de même une fin moins « classiques » et le constat d’avoir assister à un film qui n’a jamais eu l’ambition de sortir des carcans connus de ce sous-genre, notamment avec une police répondant à la violence par la violence. Le tout est emballé dans une mise en scène qui se tient, Dick Cho s’arrêtant par moment sur des petits détails qui marquent. Sans oublier les prestations des acteurs qui retranscrivent avec conviction les états d’âmes des personnages.

Secret Signs est un film de gangsters lambda. Il surfe habilement sur le concept du documentaire plongeant alors dans la fiction qui est ici parsemée d’actions brutales et sanglantes. Pas un film majeur mais un film correct dans ce qu’il a nous proposé.

secret signs_peloche

Fiche du film.

Merci à Supavince (VCD)

Cartons du début…

secret signs_cartons début_peloche

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s