Drame, Ero'/Porn', Policier, Triade

Fatal Rose (1993)

A Wife’s revenge

Avec une carrière cinématographique essentiellement taïwanaise, Cheung Chi-Chiu signait l’un de ses deux seuls films hongkongais avec Fatal Rose (1993). Il livrait alors son unique film classé en Category 3. Un drame érotique qui met en scène une histoire de vengeance.

Le mari de Huang (Wong Wing-Fong) se fait assassiner par Spicy (Charlie Cho Cha-Lee), un malfrat à la recherche d’une preuve dissimulée dans un pendentif. Un jeune garçon est témoin du meurtre mais la police, dont l’enquête est menée par Wayne (Michael Tong Chun-Chung) est peu encline à le retrouver. Wayne se rapproche alors de Huang et noue une relation avec elle. De son côté, Spicy est bien décidé à mettre la main sur cette preuve qui pourrait lui nuire.

Fatal Rose, c’est le Cat. III combo « dramatique et érotique » par excellence. Il respecte comme il se doit le cahier des charges. D’une part, vous avez une femme (jolie qui plus est) qui subit les pires cruautés : tentative de viol et la perte de son fœtus, après avoir été rossé de coups. Une scène cruelle mettant franchement mal à l’aise. D’autre part, il y a un nombre de scènes de sexe tout du long, jamais trop et supportable en plus. Wong Wing-Fong nous montre, entre autre sa jolie plastique en plus de sa collection de couteau. Elle est cette femme qui vengera coûte que coûte la mort de son mari. Et pour ce faire, elle ne reculera devant rien. Même internée en asile psychiatrique, elle trouvera la force pour aller au bout de son action. Autant dire que nous avons là une cliente sérieuse, dont les exploits sont notamment orchestrés par un thème musical d’Harold Faltermeyer pour Running Man (1987). Quant à l’entreprise qui la met en scène ? C’est autre chose.

Globalement, nous sommes face à une production fait à la va vite et qui manque de ce petit quelque chose. Je ne sais si le terme « talent » est adéquat. Je ne pense pas. Je n’irai pas à écrire que cela manque « d’implication » non plus, mais on ne sent jamais l’envie de faire de ce Fatal Rose, une œuvre avec une dimension propre. Finalement, ça ne reste qu’un produit d’exploitation de plus, et c’est bien dommage. Il y avait matière à. D’autant plus qu’un certain sérieux dû à cette vengeance au pluriel est désamorcé par une séquence comique. Elle met en scène Charlie Cho et le gamin/témoin, seul dans la maison de ses parents. Cheung Chi-Chiu nous rejoue alors un Maman, j’ai raté l’avion (1990) sur une musique de cartoon. Mais WTF Cheung Chi-Chiu ?! Quant au coup de l’enfermement dans le frigo durant l’acte final… bref.

Fatal Rose est un petit Cat. III qui se laisse regarder sans mal. De là à lui trouver des qualités, quand même pas. Mais il offre des choses qui ne sont pas inintéressantes. Tout d’abord l’actrice Wong Wing-Fong. Ensuite, la vengeance incarnée par cette dernière aux lames acérées. Et puis Charlie Cho en personne, caractérisé par son côté pervers et sa mentalité d’enfoiré de première.

Par contre, petit bémol en ce qui concerne les sous-titres. Durant la scène finale, il est expliqué l’implication de certaines personnes. Et malheureusement, les sous-titres se barrent en sucette avant de revenir. Du coup, on a le sentiment d’avoir loupé un élément important, bien que ça ne change pas grand-chose à l’affaire.

fatal rose_peloche

Fiche du film.

Merci à MarkStar (DVD)

Petite aparté. Au détour d’une scène dans un night-club, on retrouve l’actrice principale (à droite) de Rose Sex Killer (1993).

fatal rose_actrice principale rose sex killer_peloche

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s