Drame, Epouvante/Horreur, Fantastique, Policier

Possessed (1983)

Filiation dangereuse

Produit par Johnny Mak Tong-Hung, Possessed (1983) est le fait de David Lai Dai-Wai, jeune cinéaste qui s’adonnait pour la première fois au film fantastique horrifique (voire même policier d’une certaine façon).

Alors qu’il sort d’un mariage quelque peu éméché, le policier Kung (Lau Siu-Ming) et son partenaire, Hsiao (Siu Yuk-Lung) prend en chasse une voiture. Plus loin, Kung découvre que la voiture poursuivie est une épave tandis que Hsiao affronte un homme qui veut assassiner une femme. Suite à cet épisode qui se termine mal, les deux hommes subissent d’étranges phénomènes. Kung bientôt suivi de Hsiao fait appel à la prière et aux talismans pour vaincre ce « mal » qui les touche…

Possessed offre quelques moments bien sympathiques, pas qu’ils soient à proprement parlé horrifiques mais plus dans une démarche gores (cette scène de la salle de bain avec Siu Yuk-Lung « s’effeuillant » vaut le détour ainsi que la scène dérangeante d’air rape, pauvre – et sublime Chan Chi-Shui). En effet, ce film de David Lai ne fait pas particulièrement peur, bien qu’il table sur des situations propices, accompagnées d’une musique d’ambiance propre au genre. De ce fait, l’amateur devrait y trouver logiquement son compte, d’autant plus que l’auteur manœuvre son film comme il se doit avec cette histoire de corps possédés. Si les effets spéciaux et autres maquillages sont parfois d’un aspect dépassés, ils parviennent à convaincre. C’est à l’image des acteurs que l’on sent concernés alors qu’ils ne sont pas aidés par une intrigue faiblarde. Là est le gros point noir de Possessed. Cette production Johnny Mak peine à livrer un récit qui tienne la route, pas tant dans les incursions fantastiques et ensanglantées mais réellement dans cette enquête « policière » amenant les révélations et le dénouement de circonstances. Les éléments qui nous emmènent vers ce point final déchainé en huis-clos étouffant tombent sur nos protagonistes au petit bonheur la chance (eux poursuivie par la malchance !). Du coup, nous avons le sentiment d’assister plus à un enchainement de scènes et non pas à un récit pensé et travaillé. L’ensemble s’en retrouve alors impacté bien que les rebondissements restent divertissants.

Si Possessed est loin d’être parfait, il n’en offre pas moins un spectacle prenant, parfois effrayant qui sait garder le rythme d’un bout à l’autre. Il est un moment de cinéma de genre agréable.

A noter que le film connaitra une suite l’année suivante.

possessed (1983)_peloche

Fiche du film.

Merci à Chadman (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s