Action, Drame, Ero'/Porn'

Power of Love (1993)

Héritage mortel

Travaillant jusqu’alors essentiellement comme compositeur pour le cinéma, Simon Leung Chi-Wai mettait en scène comme premier long-métrage Power of Love (1993), un Category 3 qui s’inscrivait dans le registre du thriller érotique.

Jane (Lui Lee) est engagée comme gouvernante chez un riche homme d’affaires, Mr Soong (Gam Biu). Lorsqu’il décède, son fils (Chui Bo-Lun) et sa belle-fille (Rena Otomo) découvrent avec stupeur qu’une grosse partie de la fortune familiale revient à la jeune femme. Il n’en faut pas plus pour qu’ils engagent Gray (Suen Tong), une tueuse. Face à la menace que Jane subit et sous les conseils de son petit-ami Tony (Lam Chak-Ming), un tueur à gage (Siu Yuk-Lung) est également engagé pour éliminer le fils et la belle-fille de Mr Soong…

Énième Category 3 érotique avec peu de moyen et qu’on imagine réalisé en une poignée de jours, Power of Love peine à sortir du lot des productions softporn. Côté sexe, le film de Simon Leung offre sa rasade de corps dénudés en pleine action. Les connaisseurs/néophytes seront comblés. D’autant plus que l’héroïne principale est dotée d’attributs qui n’a pas à la rendre jalouse d’une Amy Yip Ji-Mei. On notera par ailleurs la présence de Suen Tong (aux attributs tout aussi généreux) tenant un véritable rôle de femme fatale. Sous les traits d’une tueuse sexy, elle donne de sa personne que ce soit dans les scènes humides ou dans celles avec du gunfight. Pour ce dernier point, on entre dans ce que Power of Love à offrir d’autre. Plus qu’un simple film érotique, Power of Love est aussi un thriller d’action où s’engage un bras de fer entre tueurs à gage. Il faut dire que l’intrigue part un peu dans tous les sens, et qu’on assiste aussi bien à des facilités scénaristiques d’usage pour ces productions qu’à des situations ridicules tout aussi d’usage, encore et toujours dans ces films sans le sou. Du coup, cela a au moins le mérite de livrer une « grosse » (unité de mesure évaluée sur ce film) scène de fusillade dans un parking souterrain, où les tueurs à gages ont les mêmes cibles. Mais attention ! Ils en viennent tout de même à se tirer dessus. Sans ça, il ne faut pas s’attendre à de la chorégraphie carré. Ici, tout à un côté à « l’arrache », non magnifié et qui colle finalement à une définition plutôt réaliste de l’échange balistique. On passera sur quelques mouvements de corps approximatifs pour souligner ici LA séquence du métrage. A côté de ça, on s’amusera/se consternera du risible que représentent deux tentatives d’assassinats sur la personne de Lui Lee alias Jane dans sa grande demeure dont elle a hérité.

Power of Love est un Cat.III cheapos : son intrigue incohérente, ses acteurs de seconde/troisième zone… Il n’en garde pas moins un certain charme, aussi mauvais qu’il soit. Et puis pour un premier film, Simon Leung se débrouille, en livrant par moment avec son chef op’ des plans marquants.

power of love_peloche

Fiche du film.

Merci à shuaishuai (DVD)

Carton de fin…

power of love_carton fin_peloche

Par défaut

Une réflexion sur “Power of Love (1993)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s