Action, Drame, Policier, Triade

A Fiery Family (1989)

Affair

Touche à tout du cinéma hongkongais, Wilson Tong Wai-Shing, spécialiste des arts-martiaux mettait en scène avec A Fiery Family (1989) un film d’action mélangeant le kung-fu pian et l’Heroic Bloodshed.

Après un contrat qu’il a exécuté, Koo (Norman Chu Siu-Keung) est incarcéré. A sa sortie de prison, il décide de commencer une nouvelle vie. Il retrouve son frère Pang (Gwan Lai-Git), devenu un petit caïd ainsi que sa sœur, Ming (Che Ling) et son beau-frère, Wei (Gordon Liu Chia-Hui). Ces derniers à la tête d’une petite entreprise croulent sous les dettes qui obligent Koo à reprendre du service dans l’univers criminel. Parallèlement, Pang se met à dos Tai Kuen (Richard Cheung Kuen). Ce dernier est l’ancien boss de Koo qui l’avait trahi avant son passage en prison sans que celui-ci le sache…

Film à petit budget qui ne paie pas de mine, A Fiery Family reste dans la droite lignée de ces films d’action mafieux standard qui mélange gunfights, combats pieds/poings et affrontements à l’arme blanche. A travers une intrigue banale, celle d’un malfrat voulant raccroché mais rattrapé par sa condition nous suivons une poignée de personnages emportés par leur destin. Il y est plaisant d’assister aux règlements de compte mafieux ainsi que les tensions qui peuvent exister avec la police. On notera à cette occasion une course-poursuite après un guet-apens policier. Malheureusement, la partie qui met en scène les deux boss, l’un endossé par Richard Cheung et l’autre par Lo Lieh manquent ouvertement d’intérêt. Ils se livrent un face à face verbal avec un inspecteur, campé par l’acteur Yeung Chak-Lam à base de répliques stéréotypées. Des scènes classiques qui n’apportent pas grand-chose, si ce n’est de permettre d’atteindre une durée standard de long-métrage. Il faut croire que le scénariste Bryan Chang Wai-Hung était peu inspiré pour décrire plus en détails les mésaventures des membres de la famille qui inspire le titre du film. On se contentera donc des quelques scènes d’actions que Wilson Tong réalise avec la complicité de Wong Chi-Keung. Elles ont avec elles une ambiance d’antan, celle des studios que l’auteur a pu côtoyer. Sans ça, on pourrait noter combien l’atmosphère est sombre. Au-delà de la tragédie humaine qui se joue, ce sont surtout les personnages qui interpellent. Ils sont tous contaminés par cette noirceur due à leur survie. Ainsi, même le personnage central interprété Norman Chu est prêt à tout pour s’en sortir, jusqu’à éliminer un témoin gênant qui s’avère être un monsieur Tout-le-monde. Malgré le fait qu’il agit sans état d’âme, on parvient tout de même à avoir une certaine empathie pour lui et les siens.

A Fiery Family reste un polar typiquement eighties, plutôt sympathique mais qui n’échappe pas à quelques scènes de parlottes dont il aurait pu se passer. Il n’en reste pas moins un divertissement relativement agréable, en offrant des moments obscurs qui nous invitent à s’y arrêter.

a fiery family_peloche

Fiche du film.

Merci à beleg (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s