Drame, Ero'/Porn'

Windflower (1994)

Hsiao Shi’s revenge

Premier film de Chan Wai-On qui partagea sa carrière entre Hong Kong et Taïwan, Windflower (1994) est un drame érotique qui relate l’histoire d’une vengeance, celle d’une femme violée et dont les parents ont été assassinés.

Hsiao Shi (Chan Pooi-Kei) est une jeune femme qui est enlevée par un groupe d’hommes. Lors de l’enlèvement, ces derniers tuent accidentellement sa mère et blessent son père qui leur doit de l’argent. Alors qu’elle a les yeux masqués, Hsiao Shi est violée par un inconnu qui s’avère être le commanditaire de ce rapt puis elle est à nouveau violé. Cette fois-ci, elle voit le visage de Lee Kuen, bras droit du commanditaire. Après ce lugubre épisode, elle parvient à s’enfuir et retrouve son foyer. Hsiao Shi essaie de se reconstruire aux côtés de son petit-ami, Chia Wei. Tandis que son père continue de jouer et devoir de l’argent aux hommes qui l’ont enlevé, Hsiao Shi devient grâce à une amie, Helen (Oh Yin-Hei) mannequin dans une agence dirigé par Tony (Lee Chung-Ling). Mais le rêve est de courte durée. Trompée par Chia Wei, Hsiao Shi apprend la mort de son père, battu à mort…

Connu également sous le titre Sexy Movie, le Category 3 Windflower s’ouvre sur des scènes au ton léger où de jeunes femmes s’agitent devant l’objectif de la caméra. On assiste à des poses lascives et à des corps qui se dénudent. Cette mise en scène de Chan Wai-On semble être, au prime abord un film érotique bon enfant, mais c’était sans compter sur la « vraie » première scène du film, celle d’un enlèvement violent suivie de deux viols sur la même victime. Le virage est tragique et l’on verra le personnage principal tenté de se reconstruire, avant de se lancer dans une vengeance qui offrira les quelques combats physiques et armés du film. Il n’y a rien à attendre de ce côté-là, toutes ces scènes sont vite expédiées mais surtout mal filmées. Même la révélation finale ne permettra pas à Windflower de rehausser le niveau. On assiste à ce spectacle avec ennui, trouvant le temps long, sans avoir une scène marquante à se mettre devant les yeux. Même lorsque Hsiao Shi, armée d’un tesson de bouteille tente de connaître le commanditaire, séquence se jouant sur le thème musical de Vendredi 13. Rien de bien enthousiasmant comme cette courte scène de torture à la cigarette en fin de métrage. Elle ne communique rien. On voit alors ce triste divertissement, aux quelques scènes dénudées se terminer dans un montage « fou » (ou presque) de deux corps en plein ébat sexuel, en plein air et ponctué par des explosions !

Windflower est un Category 3 érotique oubliable et qui ne mérite pas qu’on s’attarde devant lui. On s’interrogera tout au plus sur cette sympathique gweilo non créditée et avec laquelle le petit-ami (non crédité aussi) de Hsiao Shi la trompe.

windflower_peloche

Fiche du film.

Merci à Toto14 (VCD)

Par défaut

2 réflexions sur “Windflower (1994)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s