Comédie, Ero'/Porn'

Screwball ’94 (1994)

Jeunesse X

Aaah ce brave James Wong Jim ! Le lubrique Tonton James qui est porté sur la chose. Ce brave Tonton qui te prend sous son aile, et qui t’apprends tout ce qu’il y a à savoir sur la gente féminine. Il s’y connaît le Tonton. Il a prêté plus d’une fois sa bonhomie pour parler du sexe et des femmes, des femmes et des parties fines. Il en va de même dans ce  Screwball ’94 (1994), une comédie érotique mise en scène par l’un des Monsieur Cat. III, j’ai nommé Otto Chan Juk-Tiu.

Dans la Chine impériale, Tonton James qui campe Tong Shi-Yi est un illustre homme de sexe. Il couche avec la femme d’un prêtre taoïste qui se venge en le faisant tuer et en enfermant son âme dans un pot de chambre. Dans le Hong Kong d’aujourd’hui (enfin celui de 94), Lee Pan Fei (Ricky Ho Pui-Tung) est un étudiant porté par ses pulsions sexuelles. Chaque nuit, il souille ses draps en rêvant de ses camarades de classe au féminin. En nettoyant un pot de chambre de collection appartenant à ses parents et souillé par l’un de ses amis, Lee Pan Fei libère le fantôme de Tonton James. Pour le remercier, Tong Shi-Yi lui accorde la réalisation de certains de ses vœux, mais il se retrouve très vite à devoir sauver sa descendance pour être « correctement » réincarné…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Action, Drame, Policier

A Hero Never Dies (1998)

Peur du ridicule

A Hero Never Dies (1998) de Johnnie To Kei-Fung me rend des plus perplexe. Pour commencer, il y a le look ridicule de Lau Ching-Wan en cow-boy. Ce dernier est un tueur à gage, homme de main qui partage une « amitié » singulière avec le personnage de Leon Lai Ming, également tueur et homme de main. Cette relation débute alors sur des scènes risibles, consternantes aussi, à l’image du look qu’affiche Lau. Un bullet ballet souvent ridicule donc qui parvient tout de même à être sauvé in extremis, et encore…

Martin (Lau Ching-Wan) et Jack (Leon Lai) sont amis mais appartiennent à deux gangs rivaux. Ils évitent pourtant de s’affronter même si leur patron respectif se font la guerre jusqu’au jour où ces derniers se réconcilient et en profitent pour se débarrasser d’eux…

Lire la suite

Par défaut
Action

Expect The Unexpected (1998)

Chronique de flics

Lorsque Patrick Yau Tat-Chi réalise Expect The Unexpected (1998), on lui doit déjà deux films « majeurs » : le très bon The Odd One Dies (1997) et surtout l’excellent The Longest Nite (1998). Avec ce troisième polar en moins de deux ans, Patrick Yau met toute sa verve cinématographique au profit d’une brigade de policiers. Il prend le temps de raconter des tranches de vies de flics, amis et collègues.

Expect The Unexpected met en scène le braquage d’une bijouterie par trois pieds nickelés chinois du Mainland. Ce braquage amène les policiers jusque dans un bâtiment où s’y cache déjà un chef de gang en cavale. Ce dernier n’hésite pas à faire feu sur la police pour prendre la fuite. Pour se faire, il est aidé de complice tout aussi psychotique que lui. Les policiers Sam, Ken ainsi que leurs collègues mènent l’enquête.

Lire la suite

Par défaut