Ero'/Porn', Triade

Astray Lamb (1993)

Deep sh*t Cat.3

Astray Lamb (1993) est un film de gangsters érotique mis en scène par Yip Hing-Fai. Un Category 3 dans lequel on retrouve notamment les vétérans Ku Feng et Hon Gwok-Choi (encore des gus qui devaient payer leurs factures, c’est triste).

Mr Chou (Ku Feng) est un caïd qui souhaite prendre sa retraite. Il donne les rênes de l’organisation à l’un de ses bras droit, Turner (Hoh Man-Gui) qui est accessoirement le petit-ami de sa fille, Kate (Chan Wing-Chi). Allez comprendre pourquoi, mais on nous vend le jeune homme comme un bon. Pourtant, il n’arrête pas de foirer tous ses coups, notamment à cause d’arnaques (à deux sous). Il entre alors en conflit avec le caïd Mr King (Gam Biu), épaulé de son bras droit (Chan Ging). Et lorsqu’il ne se brouille pas avec l’ami d’enfance de Mr Chou, Manster (Hung Fung) il ne cesse de tromper sa petite-amie. Entre deux soirées au night-club du coin, Turner, épaulé de Charlie (Hon Gwok-Choi), un porte-flingue se met à faire le ménage. Parallèlement, on le soupçonne de vouloir éliminer son boss. Mais ! C’était sans compter sur Kate…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Action, Drame

Island of Fire (1990)

Destins croisés

Chu Yen-Ping réalise avec Island of Fire (1990) un film d’action parsemé de combats martiaux dans et sur l’univers carcéral. Il réunit surtout quatre pointures de l’industrie cinématographique hongkongaise pour interpréter quatre personnages qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, si ce n’est un lieu : la prison. Du coup, ce lieu devient à son tour un personnage principal à part entière où Tony Leung Ka-Fai, Sammo Hung Kam-Bo, Jackie Chan et Andy Lau Tak-Wah l’arpentent, mené chacun par une motivation personnelle.

Island of Fire, bien avant Oz aux États-Unis (série TV de 6 saisons) multiplie les personnages et leurs histoires propres, ne réunissant véritablement ses protagonistes principaux qu’en toute fin de film. Le récit s’arrête sur l’un, rebondit sur l’autre, les fait se croiser, raconte leur vie d’incarcéré comme une éternelle passation de témoin jusqu’au dénouement final. On y croise aussi un Jimmy Wang Yu (également producteur) charismatique en vieux chef de prison défiant l’autorité carcérale. Sans oublier le génial Jack Kao Kuo-Hsin (Full Alert, 1997) dans le rôle d’une terreur qui est épaulé par un monsieur muscle.

Lire la suite

Par défaut