Drame, Ero'/Porn'

Windflower (1994)

Hsiao Shi’s revenge

Premier film de Chan Wai-On qui partagea sa carrière entre Hong Kong et Taïwan, Windflower (1994) est un drame érotique qui relate l’histoire d’une vengeance, celle d’une femme violée et dont les parents ont été assassinés.

Hsiao Shi (Chan Pooi-Kei) est une jeune femme qui est enlevée par un groupe d’hommes. Lors de l’enlèvement, ces derniers tuent accidentellement sa mère et blessent son père qui leur doit de l’argent. Alors qu’elle a les yeux masqués, Hsiao Shi est violée par un inconnu qui s’avère être le commanditaire de ce rapt puis elle est à nouveau violé. Cette fois-ci, elle voit le visage de Lee Kuen, bras droit du commanditaire. Après ce lugubre épisode, elle parvient à s’enfuir et retrouve son foyer. Hsiao Shi essaie de se reconstruire aux côtés de son petit-ami, Chia Wei. Tandis que son père continue de jouer et devoir de l’argent aux hommes qui l’ont enlevé, Hsiao Shi devient grâce à une amie, Helen (Oh Yin-Hei) mannequin dans une agence dirigé par Tony (Lee Chung-Ling). Mais le rêve est de courte durée. Trompée par Chia Wei, Hsiao Shi apprend la mort de son père, battu à mort…

Lire la suite

Par défaut
Action, Drame

Fatal Vacation (1990)

Sans rémission

Sur un scénario de Nam Yin qui y interprète également un petit rôle, Fatal Vacation (1990) de Eric Tsang Chi-Wai qui tient ici l’un des rôles principaux, en plus d’en être le producteur met en scène un groupe de touristiques de Hong Kong aux Philippines. Ces derniers se font enlever à Quezon City et séquestrer dans la jungle par des membres du New People’s Army (N.P.A.). La branche armée du Communist Party of the Philippines-Marxist Leninist souhaite échanger les otages contre leur chef détenu par l’armée…

Lire la suite

Par défaut
Action, Policier, Triade

The Longest Nite (1997)

The Longest Nite (1997) de Patrick Yau Tat-Chi : mon AVIS sur M.I.A.

the longest nite_peloche

Fiche du film.

« Je lui [Patrick Yau] ai proposé de réaliser The Odd One Dies sous ma supervision, pour qu’il puisse apprendre le métier. Je suis en quelque sorte son parrain. J’étais sur le plateau tous les jours, je retravaillais le script, je discutais avec les techniciens… Même chose sur The Longest Nite dont le tournage a été assez difficile. » (Johnnie To, HK Orient Extrême Cinéma, N°8, septembre 1998)

Par défaut
Action, Policier

Devil Hunters (1989)

Burning dolls

Connu également sous le titre français Raid pour l’Honneur, Devil Hunters (1989) de Tony Liu Jun-Guk est un film d’exploitation qui surfe sur un sous-genre en ébullition, le Girls With Guns. Cet actioner met en scène deux gangs qui s’affrontent. Au milieu, la police tente de stopper et arrêter sans ménagement tout ce petit monde.

Un parc d’attraction. Deux gangs se retrouvent pour faire affaire. D’un côté, le personnage interprété par Lau Siu-Ming, épaulé en secret par Ray Lui Leung-Wai. De l’autre, Wong Wai, épaulé de Francis Ng Chun-Yu et Ken Lo Wai-Kwong. Alors que la transaction va se réaliser sous les yeux de la police menée par Alex Man Chi-Leung, Sibelle Hu Hui-Zhong et Candy Wen Xue-Er, une jeune femme (Moon Lee Choi-Fung) déguisée en écolière fait capoter l’ensemble. S’ensuit une fusillade. Les évènements suivants voient Lau Siu-Ming se faire assassiner. Ray Lui part en guerre pour le venger. Il cible Wong Wai qui ne tarde pas à se faire trahir par Francis Ng. La police qui enquête toujours est impuissante pour mettre un terme à ces agissements. Sibelle Hu se rapproche alors de Moon Lee qui cache un secret…

Lire la suite

Par défaut
Action, Drame

Island of Fire (1990)

Destins croisés

Chu Yen-Ping réalise avec Island of Fire (1990) un film d’action parsemé de combats martiaux dans et sur l’univers carcéral. Il réunit surtout quatre pointures de l’industrie cinématographique hongkongaise pour interpréter quatre personnages qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, si ce n’est un lieu : la prison. Du coup, ce lieu devient à son tour un personnage principal à part entière où Tony Leung Ka-Fai, Sammo Hung Kam-Bo, Jackie Chan et Andy Lau Tak-Wah l’arpentent, mené chacun par une motivation personnelle.

Island of Fire, bien avant Oz aux États-Unis (série TV de 6 saisons) multiplie les personnages et leurs histoires propres, ne réunissant véritablement ses protagonistes principaux qu’en toute fin de film. Le récit s’arrête sur l’un, rebondit sur l’autre, les fait se croiser, raconte leur vie d’incarcéré comme une éternelle passation de témoin jusqu’au dénouement final. On y croise aussi un Jimmy Wang Yu (également producteur) charismatique en vieux chef de prison défiant l’autorité carcérale. Sans oublier le génial Jack Kao Kuo-Hsin (Full Alert, 1997) dans le rôle d’une terreur qui est épaulé par un monsieur muscle.

Lire la suite

Par défaut
Action, Ero'/Porn', Fantastique

Kung Fu CockFighter (1976)

Kung fu porno

Ça y est, c’est arrivé. Un individu a poussé la porte de la boutique et s’est glissé jusqu’à la pièce du fond, derrière le rideau qui masque les étagères pour « adulte ». Il est revenu avec entre les mains une VHS que je pensais avoir perdu à tout jamais. Une VHS poussiéreuse qui laissait voir un titre des plus évocateur : Kung Fu CockFighter (1976). J’appréhendais ce moment depuis l’ouverture de Hong Kong Movie Video Club. Il avait entre les mains un film dont l’existence semblait de ces mirages en plein désert. Un oasis sortie de l’imaginaire. Et pourtant Kung Fu CockFighter existe bel et bien. Il est le fait d’un sombre inconnu. Inconnu comme son casting et ses techniciens. Aucunes bases de données ne semblent connaître son existence. Cette cassette qu’il tient entre les mains enferme pourtant une histoire filmée que l’on ne peut nier.

On ne peut nier que ce Kung Fu CockFighter narre une histoire. L’histoire de la Cour d’un seigneur, Lee-Show qui règne en despote. Lee-Show s’accapare les jeunes femmes du village pour abuser d’elle sexuellement parlant. Sa garde rapprochée de moine tibétain sélectionne les femmes vierges et assassinent celles qui ne le sont pas. Une vierge en particulier, Michile l’envoute plus que les autres. Une fois souillée, la jeune femme se suicide n’assumant ce déshonneur devant l’homme qu’elle aime. Ce dernier se met en quête de vengeance, aidé d’un vieux maître. Ils ne tardent pas à être rejoint par le fantôme de Michile mais les moines tibétains sont là pour contre-carrer leur plan…

Lire la suite

Par défaut
Drame, Epouvante/Horreur, Ero'/Porn'

The Unpublicizable File (1993)

Pork ? Or man’s ? *

Ma Siu-Wai signait avec The Unpublicizable File (1993) son dernier et cinquième film (sous réserve, faute de date de sortie officielle). La même année, il nous gratifiait d’un Don’t Call Me Gigolo (son avant-dernier et quatrième ?) avec l’acteur Stuart Ong, sortie en février. Deux titres, deux Category 3, deux films hongkongais qu’il mettait en scène après une courte carrière à Taïwan avant de disparaitre de l’industrie cinématographique. Cette année-là, Herman Yau Lai-To réalisait The Untold Story, un film qui a ici son importance puisque les deux œuvres se rapprochent grandement en s’inspirant d’une même histoire vraie.

Liang est un cuisinier boiteux, solitaire et violent accro aux jeux. Il doit bientôt de l’argent à Kao, un malfrat qui a la particularité d’être impuissant. Ce dernier possède un bordel où il détient de force des prostituées qu’il a rendu dépendantes aux drogues. Celles qui tentent de s’enfuir sont assassinées par ses hommes de mains. De son côté, la police ne tarde pas à découvrir le cadavre d’une prostituée et ouvre une enquête. Parallèlement, Liang s’enfonce dans une spirale meurtrière et fait disparaitre les corps dans ses cuisines…

Lire la suite

Par défaut