Ero'/Porn', Fantastique

Water Margin : Heroes’ Sex Stories (1999)

Au bord de l’eau

Water Margin : Heroes’ Sex Stories (1999)… ce titre. Forcément, il interpelle. Parce qu’au vu des trois récits érotiques en costume qui se succèdent, on peut aisément supposer qu’il fait référence au roman d’aventure Au bord de l’eau, écrits attribués à Shi Nai’an, ceux qui relatent les exploits des cent huit bandits. Et qu’en gros, on aurait ici une version softcore des aventures de certains personnages. Du genre, aventure non officielle ou comment Lam Yat-Miu, la réalisateur crée un univers étendu aux fameux écrits d’origines.

Water Margin : Heroes’ Sex Stories se divise donc en trois sketches, tous mis en scène par le même bonhomme : Lam Yat-Miu. Lorsqu’on check la fiche correspondante au gus, on est frappé de voir qu’il aurait mis en scène ce long-métrage puis il serait revenu en 2003 pour tenir à nouveau la caméra tout en tenant des rôles divers et variés sur deux productions puis plus rien. Et je ne sais pas vous mais j’ai l’impression qu’il y a l’anguille sous roche. Serait-ce dû aux deux pseudos qu’on lui attribue ? Sans doute. Sans doute aussi que c’est un prête nom. Sans doute encore que je me fais des films comme celui qui nous intéresse ici.

Lire la suite

Par défaut
Epouvante/Horreur, Ero'/Porn'

Diary of a Serial Killer (1995)

Buffalo Bill

Otto Chan Juk-Tiu s’attelait au film de tueur en série avec le bien nommé Diary of a Serial Killer (1995). Par le biais de la voix off, le personnage principal se raconte et narre son épopée meurtrière.

Incarcéré, Lau Shu Biu (Chan Kwok-Bong) profite de l’arrivée d’un nouveau détenu (William Ho Ka-Kui) pour s’épancher sur les actions qui l’ont menées en prison. Il avoue avoir tué des prostituées et relate alors ses crimes mais aussi sa femme (Farini Cheung Yui-Ling), son enfant ainsi que l’arrivée dans sa vie de Jade (Strawberry Yeung Yuk-Mui) dont il tombe amoureux. Mais surtout sa relation singulière avec ces femmes qui vendent leur corps…

Lire la suite

Par défaut
Comédie, Ero'/Porn'

Screwball ’94 (1994)

Jeunesse X

Aaah ce brave James Wong Jim ! Le lubrique Tonton James qui est porté sur la chose. Ce brave Tonton qui te prend sous son aile, et qui t’apprends tout ce qu’il y a à savoir sur la gente féminine. Il s’y connaît le Tonton. Il a prêté plus d’une fois sa bonhomie pour parler du sexe et des femmes, des femmes et des parties fines. Il en va de même dans ce  Screwball ’94 (1994), une comédie érotique mise en scène par l’un des Monsieur Cat. III, j’ai nommé Otto Chan Juk-Tiu.

Dans la Chine impériale, Tonton James qui campe Tong Shi-Yi est un illustre homme de sexe. Il couche avec la femme d’un prêtre taoïste qui se venge en le faisant tuer et en enfermant son âme dans un pot de chambre. Dans le Hong Kong d’aujourd’hui (enfin celui de 94), Lee Pan Fei (Ricky Ho Pui-Tung) est un étudiant porté par ses pulsions sexuelles. Chaque nuit, il souille ses draps en rêvant de ses camarades de classe au féminin. En nettoyant un pot de chambre de collection appartenant à ses parents et souillé par l’un de ses amis, Lee Pan Fei libère le fantôme de Tonton James. Pour le remercier, Tong Shi-Yi lui accorde la réalisation de certains de ses vœux, mais il se retrouve très vite à devoir sauver sa descendance pour être « correctement » réincarné…

Lire la suite

Par défaut