Epouvante/Horreur, Ero'/Porn'

Diary of a Serial Killer (1995)

Buffalo Bill

Otto Chan Juk-Tiu s’attelait au film de tueur en série avec le bien nommé Diary of a Serial Killer (1995). Par le biais de la voix off, le personnage principal se raconte et narre son épopée meurtrière.

Incarcéré, Lau Shu Biu (Chan Kwok-Bong) profite de l’arrivée d’un nouveau détenu (William Ho Ka-Kui) pour s’épancher sur les actions qui l’ont menées en prison. Il avoue avoir tué des prostituées et relate alors ses crimes mais aussi sa femme (Farini Cheung Yui-Ling), son enfant ainsi que l’arrivée dans sa vie de Jade (Strawberry Yeung Yuk-Mui) dont il tombe amoureux. Mais surtout sa relation singulière avec ces femmes qui vendent leur corps…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Drame, Epouvante/Horreur, Fantastique

Hello ! Who Is It ? (1994)

Phone revenge

Le téléphone ! Tout un fantasme cinématographique. Utilisé pour faire peur, de Terreur sur la Ligne (1979) à Scream (1996), utilisé comme lien de survie à l’image de Buried (2010) et de Brake (2012) ou bien dans le cas qui nous intéresse ici, utilisé pour répandre la Mort. On pense alors à des films comme La Mort en Ligne (2003) de Takashi Miike, à sa suite ou bien encore à One Miss Called (2008), et sans doute quelques autres dont l’existence m’est inconnue. Pour ces derniers, on a sans doute trouvé ici leur précurseur. Dans une veine d’épouvante-horreur fantastique, voici Hello ! Who Is It ? (1994). Jamie Luk Kim-Ming (également co-scénariste) signe un film de vengeance d’outre-tombe téléphonique.

May Chan (Anita Lee Yuen-Wa) est une jeune femme qui s’occupe de sa mère (Helena Law Lan) impotente. Elle travaille comme prostituée pour subvenir aux besoins familiaux, d’autant plus que son fils est hospitalisé et qu’il a besoin d’une opération très coûteuse. Un soir, elle recroise le chemin de l’un de ses clients, Chan Ping (William Ho Ka-Kui). Ce dernier travaille sur un chantier de lignes téléphoniques avec trois de ses collègues. Alors que la situation dégénère, ils la violent et la tuent. Parallèlement, soucieux de son absence, son voisin, le policier Ma Fai (Lau Ching-Wan) découvre la mère de May Chan seule. Le fantôme de la jeune femme apparait pour se venger…

Lire la suite

Par défaut
Drame, Epouvante/Horreur

Love Massacre (1981)

Interprétation illitchienne pour délire dillingerien.

Politiquement, Love Massacre (1981) de Patrick Tam Kar-Ming pourrait être une œuvre de cinéma purement républicaine sous fond de révolution. Je parle de cette République issue de la Révolution française. Ce sont trois couleurs qui interpellent et que l’on retrouve tout au long de ce film signé par Patrick Tam : Le bleu, le blanc et le rouge. Lorsqu’on connait les influences du cinéma français sur le cinéaste hongkongais, on peut librement extrapoler ces faits et penser au drapeau tricolore si emblématique. Patrick Tam nous offre à travers ce long-métrage une lettre d’amour à l’Hexagone. Il rend hommage à cette révolution qui mis à bas l’Ancien Régime. Les dualités du triangle amoureux dans Love Massacre font écho à l’Histoire de France. On pourra ainsi y voir le rouge de la Révolution qui gravira ces montagnes de sable, comme obstacle surmonté en tout début de métrage, comme pour caresser au plus près ce ciel bleu républicain. De ce huit clos dans l’appartement aux murs blancs à cette libération par les hauteurs de l’immeuble (le toit, toujours plus proche du ciel bleu), le blanc de la Monarchie sera constamment menacé par le rouge de la Révolution, née en son sein (le blanc qui deviendra petit à petit rouge) et qu’englobe le bleu de la République (voir la façon que Tam s’amuse à reproduire le drapeau tricolore français à plusieurs reprises). La Monarchie saigne, saignée par une Révolution qui l’éclabousse et fera de sa couleur blanche tacheté de rouge, la couleur du linceul qui l’enterrera. Vive la République selon Patrick Tam !

Oh, je sais ce que vous vous dites en lisant ces quelques lignes. Le proprio a perdu la boule. Et c’est sans doute vrai. Et parce que c’est vrai, je vous invite à lire mon AVIS sur MIA.

(à la suite, la peloche du film ainsi que des captures à tendance SPOILER)

Lire la suite

Par défaut