Drame, Policier

Man on the Brink (1981)

Undercover in underworld

Scénariste-réalisateur de Man on the Brink (1981), Alex Cheung Kwok-Ming livrait-là son second long-métrage en pleine Nouvelle Vague hongkongaise. Le cinéaste prend le parti de traiter ce drame avec réalisme. Il nous plonge alors dans l’enfer d’un flic infiltré (Ngaai Dik) qui voit sa vie complètement chamboulée au contact des malfrats qu’il croise.

Ho Wing-Chui est un jeune flic en uniforme intègre. On lui donne une mission d’infiltration des triades. Sa mission est connue du plus petit nombre de la hiérarchie policière. Une mission qu’il garde par ailleurs secrète de sa famille et sa petite-amie. Une fois infiltré parmi les petites mains du crime organisé, il ne tarde pas à participer à certaines activités criminelles tout en étant aidé par un infiltré de longue date…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Drame

Horses (1978)

Les Courses

S’il y avait un intérêt à Horses (1978) de Cheung Ho se serait sans doute sa plongée dans l’univers des chevaux de course. Il y a véritablement une empreinte sociologique sur ce petit monde qui n’est pas exempt de reproche. On y découvre la face sombre d’un métier qui use de différents artifices (et stratèges) pour doper les chevaux. Ajoutez à cela des rivalités de propriétaires qui gagnent gros et vous vous retrouvez dans une confrontation de celui qui dopera au mieux son canasson. On y suit dès lors un groupe d’hommes qui gagnent son argent à faire du pur sang un vainqueur incontesté. Le film de Cheung Ho nous offre d’ailleurs quelques scènes crues à tendance réalistes. Il y a également cette volonté de l’auteur de nous introduire dans l’ambiance de vraies courses auxquelles on assiste en tant que spectateur (on imagine que c’est aussi une question économique). La caméra aime également filmer la foule qui s’agglutine au stade et se trouver en son sein comme pour renforcer l’effet d’immersion. L’acteur Bill Tung Biu, petite main de ce « réseau » donne d’ailleurs de sa personne. Il incarne à merveille son rôle. On a véritablement le sentiment qu’il baigne dans cet univers. Notons qu’il est notamment le scénariste de ce long-métrage, son seul et unique scénario crédité. On y découvre aussi quelques personnages sympathiques au milieu des paris d’argent et des accointances entre jockeys.

Lire la suite

Par défaut