Drame, Epouvante/Horreur, Fantastique

Devil Returns (1982)

La nuit du masque

Avec une carrière cinématographique dédiée à Taïwan (bien que l’on puisse nous faire croire le contraire avec deux de ses réalisations, dont celle-ci que l’on dit hongkongaise), Richard Chen Yao-Chi signait avec Devil Returns (1982) un thriller d’horreur et d’épouvante.

Un soir alors qu’elle veut rentrer chez elle, une jeune femme (Joan Lin Feng-Chiao) prend un taxi. Ce dernier l’emmène sur le chantier d’un immeuble en construction. Elle devient une victime que le conducteur laisse pour morte. Confondu lors d’une séance d’identification, le criminel est condamné et exécuté. De son côté, la jeune femme se reconstruit et tombe enceinte. Des évènements l’amènent à penser que son bébé est possédé…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Ero'/Porn'

Blood of an Indian Fetish Cult (1984)

Porn ethnic

Eh bien mes aïeux ! Quel film je n’ai pas vu là. Pour de l’obscur c’est de l’obscur. Vous m’excuserez de commencer ainsi mais j’avais besoin de m’exclamer de la sorte. Je pensais voir un film hongkongais et la vérité est tout autre. Encore une production taïwanaise qui se cache en tentant de se vendre comme un pur produit HK. Vous êtes prévenu. Vous aurez beau cherché ici et là sur le net, tous vous le vendent plus ou moins comme étant de l’ancienne colonie britannique. Pour les autres le pays d’origine reste un point d’interrogation ou à quelques rares exceptions, on parle bien d’AV Taiwan. J’oubliai ! Intronisons cette production érotico-porno-fantastique. Je pourrais même enlever le genre associé « érotique ». En effet les actes sexuels n’étant pas simulés, on peut dire qu’il est purement pornographique même s’il y a de temps à autres des scènes plus soft. Ce film taïwanais donc (et non HK) c’est Blood of an Indian Fetish Cult (1984).

Lire la suite

Par défaut
Ero'/Porn'

Devil Girl 18 (1993)

Possédé(e)s

Vous voulez du sexe à foison, des fantômes, de la sorcellerie, des scènes gores, des prêtres taoïstes et encore tout plein de chose ? Alors ne manquez pas Devil Girl 18 (1993), un Category 3 signé par Lam Wah-Chuen qui vous entraîne dans une production outrageusement kitchissime. Surtout connu sous son titre original : Xing Qi Gong Zhi Tan Bi, il est également connu et traduit littéralement sous les titres anglais Mysteries of the Sexual Breathing Technique et To Explore the Mysteries of Having Sex with the Chinese Breathing Technique. Vous l’aurez remarqué, c’est tout un programme. Si je vous dis qu’en plus vous trouverez au casting, au-delà des jeunes femmes dénudées Yukari Oshima (en médecin qui guérit des esprits), Mark Cheng Ho-Nam ou encore Wu Fung (qui n’ont pas réellement de rôle défini) ? Précisons qu’ils ne sont présents qu’au détour de deux voire trois scènes (allez, peut-être quatre). Autant dire des invités de « luxe » qui n’apportent pas grand-chose. Si ce n’est remplir un film que l’on qualifiera de long-métrage, sans celles-ci et les scènes de sexe nous aurions eu droit à un court bricolé à la hâte.

Lire la suite

Par défaut
Action, Drame, Triade

Desperate Duo (1994)

Sacrifié(e)s

Desperate Duo (1994), surtout connu sous le titre anglais Two Gambling Men du quasi-inconnu Xiunan Zhang est un film d’action prenant place dans l’univers des triades. Si l’ensemble paraît être une production taïwanaise mettant en scène Ku Feng, Alex Fong Chung Sun, Charlie Cho Cha Lei ou encore Dick Wei, les informations trouvées à son sujet lui donneraient une paternité hongkongaise et chinoise. Cette rareté cinématographique a connu le même sort que nombre de production de cette époque filmée à la hâte. Des raretés qui parviennent à sortir de l’oubli notamment grâce à la ferveur de certains collectionneurs par le biais d’Internet. De ce fait, il devient compliqué de trouver des informations qui puissent remplir les trous qui perforent ces productions aux nationalités souvent doubles. De part ses décors et ses acteurs présents comme Elsa Yeung Wai San, il y a de grande chance que ce Desperate Duo soit une production taïwanaise.

Lire la suite

Par défaut