Action, Drame, Policier

Born to Be Wild (1995)

Savage

Avec son premier long-métrage, A Day Without Policeman (1993), Johnny Lee Gwing-Gaai avait déjà pu sonder la noirceur de l’âme humaine, notamment en traitant de la folie. Un thème qu’il reprenait pour son troisième long, le drame policier Born to Be Wild (1995).

A Shenzhen, Kei (Chin Ho), champion national de kung-fu gagne sa vie comme instructeur d’art-martiaux pour le compte des forces de l’ordre. Il y partage une forte amitié avec Chi (Frankie Lam Man-Lung), également policier. Les deux hommes font la connaissance de Miu (Farini Cheung Yui-Ling) et Chung Ching (Lee Lei) dont ils tombent amoureux. Pourtant lors d’une enquête anodine, ils découvrent que leurs petite-amies travaillent comme hôtesses de bar. Se sentant trahi, Chi préfère mettre un terme à sa relation avec Chung Ching. Quant à Kei, il tente de comprendre mais Miu rompt avec lui. Cette rupture entraine alors une remise en cause de l’instructeur de la police…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Action, Drame

Border Line Story (1988)

China girls

S’il n’était sorti avant la mise en vigueur de la classification « Category 3 », Border Line Story (1988) aurait été, à coup sûr labellisé du fameux triangle aux trois barres verticales. Mise en scène par Lau Hung-Chuen, essentiellement connu comme chef opérateur ce long-métrage expose des séquences violentes ainsi que des scènes dénudées. On y suit deux jeunes femmes, Jun (Jo Jo Ngan Lai-Yue) et Chu qui fuient la Chine pour Hong Kong. Sur place, elles y retrouvent une amie, Hung devenue hôtesse de club et qui se fait entretenir par un homme riche (Peter Yang Kwan). Au fil des évènements, l’une va rencontrer l’amour tandis que l’autre va croiser le chemin d’un malfrat (Shum Wai) et devenir une call-girl.

Lire la suite

Par défaut
Action, Drame, Ero'/Porn'

Behind the Pink Door (1992)

rape DV (MST) suicide kill murder

Je ne m’enflammerai pas à dire que c’est un monument ! Avec ce point d’exclamation qui accompagne l’enthousiasme qu’une œuvre cinématographique peut me communiquer. Enfin, j’exagère sans doute les traits d’un film qui ne ménage pas son spectateur avec son lot de scène de viol, d’une enquête de flic un peu facile et d’une vengeance un peu creuse. Ce film, c’est celui de Lam Gam-Fung, Behind the Pink Door (1992). Ce Category 3 tendance tragique allie, malaxe (surtout les poitrines) et mélange… sexe et enquête policière. On y retrouve notamment la future madone de ce sous-genre, j’ai nommé Pauline Chan Bo-Lin dans son quatrième rôle au cinéma.

Lire la suite

Par défaut