Action, Aventure, Drame, Fantastique, Policier

Visa to Hell (1992)

Le Purgatoire

Tout connaisseur sait que Dick Wei n’est pas un réalisateur. C’est juste un acteur donnant dans la tatane qui a eu, un jour l’occasion (chopé au vol) de mettre en scène un film. Il enfanta Visa to Hell (1992) et rééditera plus tard l’expérience avant de prendre conscience que cette casquette n’était pas pour lui. On ne lui donnera pas tort mais on louera cette première expérience derrière la caméra. Pourquoi ? Parce qu’il y offre un film à l’image de son pitch, c’est-à-dire complètement barré !

Un malfrat (Dick Wei) assassine la famille d’un policier (Lam Wai) qui le traque. Préférant la mort à l’incarcération, le malfrat se tue. Quant au flic, il n’est pas prêt à en rester là. Il demande à un prêtre taoïste de l’envoyer en Enfer pour venger sa famille ! Le Fat-si s’exécute et l’âme de notre flic part à la chasse au malfrat tout en combattant la faune locale…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Ero'/Porn'

Devil Girl 18 (1993)

Possédé(e)s

Vous voulez du sexe à foison, des fantômes, de la sorcellerie, des scènes gores, des prêtres taoïstes et encore tout plein de chose ? Alors ne manquez pas Devil Girl 18 (1993), un Category 3 signé par Lam Wah-Chuen qui vous entraîne dans une production outrageusement kitchissime. Surtout connu sous son titre original : Xing Qi Gong Zhi Tan Bi, il est également connu et traduit littéralement sous les titres anglais Mysteries of the Sexual Breathing Technique et To Explore the Mysteries of Having Sex with the Chinese Breathing Technique. Vous l’aurez remarqué, c’est tout un programme. Si je vous dis qu’en plus vous trouverez au casting, au-delà des jeunes femmes dénudées Yukari Oshima (en médecin qui guérit des esprits), Mark Cheng Ho-Nam ou encore Wu Fung (qui n’ont pas réellement de rôle défini) ? Précisons qu’ils ne sont présents qu’au détour de deux voire trois scènes (allez, peut-être quatre). Autant dire des invités de « luxe » qui n’apportent pas grand-chose. Si ce n’est remplir un film que l’on qualifiera de long-métrage, sans celles-ci et les scènes de sexe nous aurions eu droit à un court bricolé à la hâte.

Lire la suite

Par défaut