Drame, Ero'/Porn'

The Sinful Adulteress (1974)

Le piège

Tout d’abord, je me suis toujours demandé si The Sinful Adulteress (1974) de Ho Meng-Hua n’était pas un remake, celui de The Adulteress (1963), film qu’il co-réalisait alors avec Li Han-Hsiang. Un parallèle est peut-être à chercher mais n’ayant pas vu ce dernier se sera pour plus tard. En attendant, parlons de cette production pour adulte à la sauce Shaw Brothers…

Mariée à un riche homme d’affaire plus âgé qu’elle, Meina (Chen Ping, aux multiples perruques) souffre en silence. En effet, son mari, Bocheng (Wang Hsieh) ne parvient à la satisfaire sexuellement. Il est atteint d’une forme d’impuissance qui s’avère même dangereuse pour sa santé. Dans le domaine familial, Meina ne tarde pas à faire la connaissance de Zhiqiang (Richard Chan Chun), un nouvel employé. Obnubilée par son physique, la jeune femme tombe dans ses bras avant de se rétracter. Peu après, elle découvre que sa belle-fille, Shanshan (Lau Wai-Ling) a une liaison avec lui…

Lire la suite

Publicités
Par défaut
Action, Drame, Policier

The Big Heat (1988)

HK street blues

Produit par Tsui Hark à travers sa compagnie, la Film Workshop. Scénarisé par Gordon Chan Ka-Seung (pas encore passé à la réalisation, sauf en tant qu’assistant, mais déjà dans une veine du film populaire qui le caractérisera). Mise en scène par Andrew Kam Yeung-Wa, débarqué par son producteur puis remplacé par Johnnie To Kei-Fung, notons que Tsui Hark mis aussi la main à la patte en shootant quelques scènes, il en va de même du monteur, David Wu Dai-Wai (également co-compositeur), The Big Heat (1988) avait tout de l’entreprise brinquebalante. On pouvait donc s’attendre à un film impersonnel et bordélique puis le résultat est surprenant puisque ce marasme a engendré un polar de renom.

Alors qu’il est prêt à démissionner de la police criminelle, Wong Wai-Pong (Waise Lee Chi-Hung) apprend la mort d’un ancien collègue qui travaillait sous couverture. Il décide de lever le voile sur ce meurtre et découvre avec son équipe qu’un riche homme d’affaire (Stuart Ong) est victime d’un chantage…

Lire la suite

Par défaut
Action, Ero'/Porn', Triade

Dark Street Gigolo (1993)

Du rififi chez les trafiquants d’armes

C’est après avoir vu ce Dark Street Gigolo (1993) plus connu comme A Dancing Boy in Underworld Street alias Black Street que l’on comprend mieux pourquoi Yeung Jing est un tâcheron. C’est lui qui un an plus tard allait réaliser le catastrophique Naked Rose. Tous les maux dont était affublé ce film se retrouvaient un an plus tôt dans ce piètre Category 3 d’action érotique. On y retrouvait quelques noms d’acteurs similaires et une même proportion à l’incohérence.

Kwei (Shing Fui-On) alias Big Cheese est un caïd qui est en affaire avec Chang (Dick Wei, arborant un cache-œil). A cause d’une histoire de trafique d’armes, le premier livre une guerre à un autre caïd, Wei (Melvin Wong Gam-San). Ce dernier entretient une relation avec Wen-Shing (la magnifique Wong Wing-Fong) qui ne supporte plus cette vie aux dangers permanents. Il a une sœur, Wen-Show (la superbe Kathy Gwok Jing-Jun) qui fréquente Hwa (Ken Tong Jan-Yip), un gigolo. Kwei fait enlever Wen-Show pour réaliser un chantage sur Wei. La guerre entre les deux hommes continue de plus belle. D’autant plus que Kwei est trahit par l’un de ses hommes, Hong (Wong Kuen) qui travaille en sous-main pour Chang. Hong en profite pour libérer Wen-Show qui retrouve son frère. De son côté, Wei demande à Hwa de choisir entre sa sœur ou un travail dans son gang. Au grand dam de Wen-Show, Hwa choisit la deuxième option. Hé ouais, notre homme préfère une carrière professionnelle dans le crime que l’amour. En plus, Wen-Show s’en doutait ! En même temps, venant d’un gigolo qu’on ne verra jamais en action… (Pardon, je m’égare). Chang fait alors surface et l’on découvre avec lui le passif qui le lie à Wei…

Lire la suite

Par défaut
Drame, Ero'/Porn', Policier, Triade

The Wild Girls (1993)

Assurance mort

Produit par Luk Bong, The Wild Girls (1993) de Cheung Sek-Lung pourrait être un Category 3 érotique de plus, comme il en abondait aux débuts des années 90. Et effectivement, il est un de ces Cat. III pour adulte mélangeant sexe, intrigue à deux balles et bastons pour clôturer l’ensemble. Mais il y a cette petite chose qui se produit en toute fin…

May (Yeung Kin-Wai) se marie avec Chiu Si Wan (Stuart Ong), un homme d’affaire qui est un joueur invétéré remplit de dette. Ayant les triades sur le dos, il fomente avec Ted (Lee Hin-Ming), son assistant un plan qui consiste à soudoyer de l’argent à son frère médecin, Jo Kwong (Lee Chung-Ling). Sans le savoir, May est au cœur de ce plan et meurt accidentellement. Chiu Si Wan apprend alors de l’exécuteur testamentaire (David Lo Dai-Wai) qu’il n’est pas le bénéficiaire de l’assurance vie de May. C’est sa sœur Tin (Chan Ting) vivant à Macao qui touche l’argent. Le boss des malfrats, Kong (Alan Chui Chung-San) fait enlever Chiu Si Wan. Chiu Si Wan vend la mèche au sujet de sa belle-sœur. Les malfrats enlèvent Tin. Le colocataire de Tin, Charlie (Charlie Cho Cha-Lee) qui s’occupe d’un service de téléphone rose à domicile fait appel à un ami (Michael Chan Wai-Man), un gros bras qui est accessoirement coach dans une salle de musculation. Le petit-ami de Tin, Tony (Jack Wong Wai-Leung) leur prête main forte. Entre temps, Tin s’associe à Kong pour avoir la peau de Chiu Si Wan qui jure qu’il n’a rien à voir dans la mort de May. Mais alors qui ? Qui se cache derrière sa mort ? Oh j’oubliai ! Le frère médecin vit une intrigue secondaire avec une jeune femme plantureuse, Hung (Chun Hung) qui va connaitre quelques misères.

Lire la suite

Par défaut
Drame, Ero'/Porn', Policier

Flame of Desire (1993)

Les meurtres étaient presque parfaits

Wan Ging-Cheung, le cinéaste d’une année, celle de 93, trois petits films au compteur dont ce Flame of Desire (1993), un thriller érotico-policier classifié en Category 3.

Ting-ting est retrouvée morte dans une chambre d’hôtel. Tous les regards se tournent vers son mari avec lequel elle tenait un café. Parallèlement, on suit l’existence de l’une de ses amies, Ching-yun. Cette dernière entretient une relation extra-conjugale avec Leopard (sacré prénom !), un employé de son mari et gigolo à ses heures perdues. Alors qu’elle désire mettre un terme à cette relation, Leopard lui fait du chantage…

Lire la suite

Par défaut
Comédie, Ero'/Porn'

Crazy Sex (1976)

Opium

Film polisson de Li Han-Hsiang au sein de la Shaw Brothers composé de deux épisodes (Le premier d’un peu plus de 45 minutes, le second d’environ quarante), Crazy Sex (1976) s’attache à dépeindre les relations amoureuses mouvementées d’une poignée de personnages.

Dans le premier épisode qui se déroule dans un Hong Kong contemporain, on suit une jeune femme, Louisa Lai (Shirley Yu Sha-Li) qui se fait enlever par un gang de trafiquants d’opium. Ces derniers pensent qu’elle est une taupe de la police. Victime d’une erreur, la jeune femme séduit le boss de l’organisation (Wang Hsieh) qui est marié. Elle ne tarde pas à le faire chanter.

Le deuxième épisode nous montre un Hong Kong en costume où l’on suit un homme, Pan Lao Hai (Lee Kwan) passionné de figurines érotiques, jaloux et vivant dans un quartier de luxure. Pour éviter que sa femme (Woo Gam) soit importunée par des clients des bordels environnants, il l’enferme dans la demeure familiale ! La relation du couple prend une drôle de tournure lorsque Pan Lao Hai absorbe un aphrodisiaque et qu’un nouveau voisin, Deng Xiao-Xian (Hong Hoi) s’installe.

Lire la suite

Par défaut
Drame, Epouvante/Horreur, Fantastique

The Bedevilled (1975)

Justice

Morceau d’horreur fantastique produit par la Golden Harvest, The Bedevilled (1975) de Lo Wei, également scénariste est un film en costume. On y retrouve l’actrice japonaise Ike Reiko qui jouit d’une petite réputation au Pays du Soleil Levant notamment pour ses Pinku eiga.

Dans un village reculé, le fils d’une famille influente viole Cheng Niang (Ike Reiko), la femme d’un tenancier, Tseng Chia Chu (James Tin Jun). Ce dernier découvre le corps sans vie du violeur dans sa propre chambre, sans trace de sa femme. Il est alors arrêté et passe en jugement. Le magistrat Tang (O Chun-Hung) qui a des soucis d’argent le condamne à mort sous la pression de la famille influente. Alors qu’il est pris de remords, Tsang doit faire face au fantôme de Tseng…

Lire la suite

Par défaut