Action, Policier

Angel Terminators (1992)

Came

Angel Terminators (1992) est le second et dernier long-métrage de l’acteur Wai Lit. Ce dernier signait un film d’action policier en donnant, notamment la part belle aux actrices.

Les policières Ida (Sharon Yeung Pan-Pan) et Hung (Kara Hui Ying-Hung) traquent Ken Tsang (Kenneth Tsang Kong), un caïd. Ce dernier qui est au fait de cette intervention réussit à s’exiler en Thaïlande, abandonnant derrière lui, Carrie (Carrie Ng Ka-Lai) sa petite-amie. Sept ans plus tard, Ken Tsang qui se fait appeler Sawada revient à HK pour reprendre la tête du crime organisé. Suite à l’élimination d’un boss, Ida se retrouve sur ses traces. Parallèlement, Ken découvre que sa petite-amie est mariée à Kim (Lee Ching-Saan), un lieutenant de police qui est notamment le cousin de Hung…

Sombre. Angel Terminators est de ces actioners sans concession qui pousse toujours plus loin la cruauté. Les destinées humaines dépeintes sont prises dans la spirale d’une fatalité qui ne laisse aucune échappatoire. C’est violent, dur et parfois abjecte comme cette scène des toilettes entre les personnages de Kenneth Tsang et Carrie Ng. Un morceau de dégueulasserie comme les hongkongais savaient nous abreuver. Ces moments coups de poing sont à l’image des scènes d’actions martiales qui ont cette capacité de nous happer avec des cascades qui communiquent une certaine douleur. Les artistes martiaux tiennent le cap et les séquences sont travaillées. Lors du final, on regrettera juste la courte séquence qui voit Dick Wei en action face à nos héroïnes. En parlant de final, la noirceur a sa définition dans un sacrifice vengeur qui ponctue la pellicule. On ne peut ressortir indemne d’un tel dénouement. C’est avec ce type de scène qu’on apprécie l’auto-justice, voir ces flics dépasser le cadre de la loi pour se venger. Bref. Avant d’en arriver là, Angel Terminators aura été généreux dans le spectacle. Plusieurs scènes de combats pieds/poings et de fusillades sont présentes tout du long. Cela permet de maintenir un certain rythme. Là où Wai Lit pêche un peu, c’est dans l’histoire qu’il expose. Le récit est toujours léger et ne semble, décidément pas être la priorité de ces productions nerveuses de l’époque. Pourtant, il se défend à la réalisation. Pas un travail qui explose la rétine, ça non. C’est classique mais bien travaillé. Surtout pour une pelloche qui a dû être tournée en une poignée de jours et pour un budget dérisoire.

Classable dans le sous-genre du Girls With Guns, Angel Terminators est une série B qui, entre moments héroïques et moments glauques fait le boulot.

A noter la présence de pas mal d’acteurs gweilos.

angel terminators_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s