Action, Comédie, Policier

License to Steal (1990)

The world of thieves

Produit par Sammo Hung Kam-Bo, License to Steal (1990) est mise en scène par le touche à tout Billy Chan Wui-Ngai.

Hung (Joyce Godenzi), Ngan (Agnes Aurelio) et Hsiao Yen (Alvina Kong Yan-Yin) sont trois jeunes femmes qui ont été élevées par Oncle Ting (Lau Shun). Ce dernier les a formé à devenir des voleuses de haut vol. Lors d’un cambriolage, Ngan jalouse de Hung la piège et prend ses distances pour mener les affaires en son propre nom. Trois ans passent, Hung sort de prison. Quant à Ngan, elle est surveillée par les policiers N°1 (Richard Ng Yiu-Hon) et Yang Chuan Kuang (Collin Chou Siu-Lung) qui espèrent trouver des preuves pour l’incarcérer. Mais c’est sans compter sur un épéiste (Yuen Biao) qui combat l’injustice…

Film policier d’action, License to Steal essaie de jouer la carte martiale tout en y injectant de l’humour. Si dans le premier cas, celui des affrontements martiaux les scènes sont rondement menées avec des chorégraphies qui enchantent, force est de constater que la partie comique peine à livrer le travail escompté. Pourtant il y avait de l’idée. Celle d’introduire le personnage de Yuen Biao, espèce de maître de kung-fu se posant comme le Bien qui souhaite éradiquer le Mal. Ce personnage décalé offre quelques bouffées d’air frais. Malheureusement, l’écriture n’est pas toujours inspirée. Et elle peine à faire vivre ce personnage, notamment dans le relationnel avec son oncle, ici interprété par Richard Ng. Du coup, on ne ressort pleinement convaincu. On se contentera alors des combats pieds/poings dont le casting ressort gagnant, mettant de côté les gunfights sans candeur. Yuen Biao est toujours aussi athlétique et démonstratif. A part lui, on soulignera les performances des actrices : Joyce Godenzi et Agnes Aurelio. Mais également les deux gros bras du personnage de bad girl, ici Billy Chow Bei-Lei et Choi Jeong-Il. On notera pour l’occasion le double programme offert dans le dénouement final, surtout le passage qui déroule dans un parking souterrain.

Sur une histoire classique, License to Steal est un actioner qui fonctionne plutôt bien, sans non plus être un must. L’action ravira, la comédie un peu moins.

license to steal_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s