Action, Comédie, Drame, Policier

Angel (1987)

Mission impossible ‘87

Considéré comme l’un des films qui allait lancer la vague des Girls With Guns, Angel (1987) de Teresa Woo San (également productrice et scénariste) est une comédie dramatique. Mais aussi un film d’action policier et d’espionnage qui place, en son centre le trafic de drogue issu du Triangle d’Or, en particulier de Thaïlande (ouh, cette superbe scène d’introduction apocalyptique).

Pour mettre un terme aux agissements de trafiquants de drogue, la police, sous les traits du Commandant Fong (Alex Fong Chung-Sun) fait appel à des agents spéciaux surnommés les Angels. Ces derniers, mené par le richissime John Keung (David Chiang Da-Wei) sont composés de Saijo (Hideki Saijo), Moon (Moon Lee Choi-Fung) et Elaine (Elaine Lui Siu-Ling). Ils visent bientôt une société écran qui cache un trafic de drogue d’ampleur internationale…

Angel c’est un vrai divertissement cinématographique qui nous propose une aventure où le Bien combat le Mal. On pourrait reprocher ce côté manichéen, marque de fabrique de nombreuses grosses productions de studios sans personnalité, pas que. Pourtant, Angel communique une aura qui rappellera les films de James Bond ou bien l’aspect « équipe de choc » d’une série comme Mission impossible (1966-1973) voire des Drôles de dames (1976-1981). Il y a du James Bond dans cette façon de dépeindre cette mafia du crime s’adonnant dans le trafic de drogue et revêtant tous les aspects d’une société secrète. Mais il y aussi un peu de l’aura des bad guys faisant face au célèbre agent secret britannique avec sa bad girl de service, j’ai nommé Yukari Oshima, véritable psychopathe au sadisme appuyé. Particularité toute hongkongaise, la demoiselle donne dans la tatane et elle fait mal. Dans le cas des deux séries susmentionnées, on retrouve bien entendu une équipe d’agents qui excelle aussi bien dans le maniement des armes que des combats pieds/poings que des techniques d’espionnages pour mener à bien leur mission. Plus encore, le personnage de David Chiang à ce côté « Charlie » mais avec un visage. Il est plus en retrait dans les missions mais apporte tout de même sa contribution. Ses Angels interviennent donc lorsque la police ne peut plus rien, mais aussi contre une rémunération à la hauteur de leurs qualités ! A partir de là, le film oscille, aussi bien entre des moments tragiques, voir les pointes violentes qui parsèment la pellicule que des moments légers, notamment la complicité entre les personnages.

Si nous parlions en introduction de cet avis d’un film comme faisant partie des prémices de ce sous-genre qu’est le GwG, c’est aussi parce qu’Angel a un élément marquant : ses personnages féminines forts. Elles défouraillent aussi bien qu’elles s’adonnent aux combats martiaux. A ce propos, elles n’ont pas à pâlir devant des productions similaires plus masculines tant elles sont au niveau. Ainsi, on appréciera tout particulièrement les séquences mettant en scène Moon Lee et Yukari Oshima, sans oublier Elaine Lui, étant tout de même dans un rôle plus de femme fatale. Il n’empêche qu’une fois avec des armes en mains, nous prenons conscience de sa dangerosité pour le crime organisé. Pour rester sur ce même sujet, celui des femmes fortes en action, on appréciera tout particulièrement l’affrontement en fin de métrage de Moon Lee vs Yukari Oshima. Il est d’une nature enragée, brutal et à bout de souffle. C’est une bagarre qu’on pourrait qualifier de courte mais ce que c’est bon à vivre. Pour la tatane toujours, nous n’oublierons pas ici le sexe faible, je parle bien entendu des hommes. Il est fort appréciable de voir en action Hwang Jang-Lee, et dans une moindre mesure Hideki Saijo qui n’en campe pas moins un personnage sympathique. A noter que le chorégraphe n’est autre que Tony Leung Siu-Hung, épaulé d’un futur cinéaste de Cat. III : Ivan Lai Gai-Ming.

Melting-pot des genres et des inspirations, Angel est un spectacle qui sied à merveille. Certes, des défauts résident (mise en scène sans âme, raccourcis,…) mais il est assez généreux et sympathique pour qu’on se laisse entrainer.

A noter que le film est connu sous plusieurs titres différents : Angels, Iron Angels, Midnight Angels et Fighting Madame.

angel_peloche

Fiche du film.

Merci à mistersid (DVD)

Par défaut

4 réflexions sur “Angel (1987)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s