Action, Comédie, Policier

Tiger on the Beat 2 (1990)

Not really back

Toujours produit par Karl Maka à travers Cinema City et mise en scène par le maître Liu Chia-Liang, Tiger on the Beat 2 (1990) est la suite du titre éponyme sortie deux ans auparavant. Chow Yun-Fat laissait la place à Danny Lee Sau-Yin.

Flic bourru, Lam Yik Lim (Danny Lee) apprend de sa sœur des États-Unis que son neveu Buffalo (Conan Lee Yuen-Ba) débarque à HK. Outre le fait de faire attention à son fils, elle lui demande de trouver une jeune femme à marier. A peine arrivé, Buffalo est impliqué dans une bagarre après avoir pris la défense d’une jeune femme, Sweet Dream (Ellen Chan Nga-Lun) accusée de vol. Bientôt, cette dernière est témoin d’un meurtre lié à une histoire de trafic de drogue…

Si ce n’est un duo de personnages aux antipodes et des bad guys trafiquants de drogue, Tiger on the Beat 2 n’a plus grand-chose à avoir avec l’opus précédent. Aucune affiliation n’est à rechercher entre les deux films mais les ingrédients sont plus ou moins les mêmes. Le duo de flics en mode budy movie fait place à un duo familial qui reprend l’antagonisme caractériel. On a le droit à une nouvelle comédie policière d’action qui offre une enquête vite expédiée et des combats digne de ce nom. Liu Chia-Liang parvient encore à happer le spectateur avec des chorégraphies rondement menées, à défaut d’être pleinement originales. Mais si on le compare au premier, il fait pâle figure. Par contre, si on le prend comme un film d’action lambda à l’humour présent, il se défend. En effet, nous sommes devant une production standard qui rejoue la recette connue censée faire mouche. Alors attention, Tiger on the Beat 2 trouve ses limites pour totalement convaincre. Ce qu’il ressortira du film, c’est surtout l’une des cascades loupée qui en devient impressionnante. En effet, l’un des personnages saute d’un pont pour attraper un lampadaire qu’il loupe, et là, c’est le drame : une chute brutale. Au point où l’on se demande si le cascadeur n’a pas trépassé. D’ailleurs, la scène sera rejouée au ralenti dans la foulée. A part ce moment qui nous rappelle combien les cascadeurs hongkongais étaient têtes brulées rien ne marquera vraiment la rétine. On s’amusera tout de même du gimmick entourant Ellen Chan (dont on a du mal à ne pas tomber sous le charme) que personne ne croit lorsqu’elle crie qu’on veut attenter à sa vie (entre autre la grosse séquence de l’appartement avec John Cheung Ng-Long).

En gros, Tiger on the Beat 2 est une espèce de franchise qui se défait des personnages pour conserver un même univers. Ceux qui ont apprécié le premier volet pourraient se retrouver déçus de ne pas retrouver Chow Yun-Fat ainsi que les personnages campés. Ici, Liu Chi-Liang rejoue une variante un peu moins réussie mais qui parvient tout de même à divertir le temps qu’elle dure.

A noter les multiples références à la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997.

tiger on the beat 2_peloche

Fiche du film.

Merci à duiz (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s