Action, Fantastique

The Close Encounter of the Vampire (1986)

Kid(s) vampire

Lorsque le clan Yuen décide de faire un film en famille, cela donne The Close Encounter of the Vampire (1986). Une ghost kung-fu comedy qui est produite et réalisée par le plus connu de la fratrie, j’ai nommé Yuen Woo-Ping.

Un vampire adulte et un vampire enfant sont libérés de leur tombeau. Le premier est attaqué par un apprenti prêtre taoïste (Leung Kar-Yan) qui tente de prévenir un village du danger. Quant au second, il est trouvé par un groupe d’enfants, dont la sœur ainée (Chris Yen Chi-Ching) travaille dans une troupe d’opéra avec leur mentor et chef de famille (Yuen Cheung-Yan)…

The Close Encounter of the Vampire, c’est le film qui suinte les influences qu’il voudrait reproduire à l’écran. Manque de bol, l’objectif n’est pas atteint. On voit où veut en venir Yuen Woo-Ping qui avait, sans doute en tête un Encounter of the Spooky Kind (1980) et un Mr Vampire (1985). On voit donc où l’auteur veut nous entrainer dans cette façon d’exposer cette histoire qui se joue sur deux tableaux. D’un côté, le traitement du vampire adulte et de l’autre, le vampire enfant. Les deux intrigues se croisent jusqu’à se retrouver à la ponctuation du métrage. Malheureusement, tout du long, il aura manqué à The Close Encounter of the Vampire une véritable dynamique. Tout est trop artificielle. Tout d’abord, les scènes martiales, peu nombreuses ne confèrent rien. Aucune tension, aucun emballement incitant le spectateur à prendre part à l’action. Si ce n’est, peut-être d’apprécier les dextérités physiques dont fait preuve la petite sœur de Donnie Yen Ji-Dan. Il faut dire que Chris Yen lève plutôt bien la jambe. Ensuite, on pourrait également parler de l’autre point, censé être fort du film : la comédie. Avec cette bande de gamins, Yuen Woo-Ping (et le reste du clan) avait sans doute envie de retrouver ce côté léger et percutant des comédies hollywoodiennes, notamment à base de slapstick. Résultat : l’humour est plat et sans inspiration. On ne parvient à apprécier les scènes pour ce qu’elles devraient être : la détente, l’amusement. Il en va de même de ces scènes mettant en lumière Leung Kar-Yan.

Entre le film pour enfant et adulte, The Close Encounter of the Vampire a du mal à définir les limites du spectacle qu’il aimerait offrir. Trop léger pour être adulte. Trop horrifique pour être enfantin, on se retrouve devant une mixture fade et sans goût. Une des nombreuses ghost kung-fu comedy qui ne parvient à donner ses lettres à ce sous-genre.

the close encounter of the vampire_peloche

Fiche du film.

Merci à Winterheat

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s