Action, Drame, Triade

Shanghai Grand (1996)

Roaring Thirties

Dans une superbe reconstitution de la ville chinoise des années 30, Poon Man-Kit fait de Shanghai Grand (1996) une plongée en apnée dans les bas-fonds jusqu’au clinquant de la réussite criminelle.

Hui Man Keung (Leslie Cheung Kwok-Wing) est un homme traqué. Il échappe in extremis à la mort et se retrouve prisonnier de Ding Lik (Andy Lau Tak-Wah), un petit malfrat de quartier. Les circonstances amènent les deux hommes à devenir des frères d’armes. Mais alors que Ding Lik tombe amoureux de Ching Ching (Ning Jing), la fille du parrain local (Wu Hsing-Gui) Keung est rattrapé par son passé…

Fresque mafieuse qui emprunte aux films noirs hollywoodiens (lorsqu’il ne lui rend pas hommage), Shanghai Grand s’inspire plus qu’il n’adapte réellement The Bund, une série télé de la TVB des années 80 (avec dans les rôles principaux Chow Yun-Fat et Ray Lui Leung-Wai). Poon Man-Kit expose le destin de trois personnages entre ascension dans le crime et romance aux mille dangers. Pour mettre en scène cette épopée, l’auteur est aidé par un budget conséquent. Un budget qui ne l’empêchera pas de dégainer un récit manquant cruellement d’oxygène, tant tout semble exagérément condensé. Un aspect brouillon que l’on retrouve jusque dans les scènes d’actions. En effet, s’il y a souvent de l’idée, elles n’en restent pas moins illisibles. Cela ne nous empêche pas d’apprécier ces affrontements arme au poing (et même à la hache, voir la scène haletante des dominos). Si le film offre des aspects intéressants (à l’image des intrigues et du jeu de ses acteurs principaux), Shanghai Grand n’échappe donc pas à quelques défauts tenaces. C’est également le cas du montage pas toujours judicieux et de ces personnages traités en surface. Au-delà de ça, on apprécie cette tragédie qui emporte notre triangle amoureux dans une tempête ensanglantée. Au centre de ce marasme, le personnage de Ning Jing. L’actrice dégage un fort pouvoir érotisant qui ne laissera pas insensible. Elle est de toute beauté comme la photographie, véritable point fort de ce film d’époque se divisant en partie.

Entre histoires d’amours, criminelles et politiques, Shanghai Grand est un drame d’un certain standing miné par des imperfections.

shanghai grand_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s