Action, Drame

Peace Hotel (1995)

Havre

Produit par John Woo, Peace Hotel (1995) est le premier long-métrage de Wa Ka-Fai, également scénariste. Avec sa caméra, il investit un hôtel qui accueille essentiellement des brigands…

Après la mort de sa femme, un tueur (Chow Yun-Fat) décide de se retirer des affaires et d’ouvrir un hôtel dans lequel toute personne en fuite pourrait se réfugier, et ce, sans crainte d’y être traqué. Un jour, Lam Ling (Cecilia Yip Tung), une jeune femme s’y cache d’un gang qui veut sa peau. Les malfrats sont bien décidés à la débusquer…

Peace Hotel est un drame. Un western qui joue énormément sur l’ambiance. Pour son premier long, on sent un Wa Ka-Fai qui a l’ambition de sortir des carcans et offrir une histoire qui dénote. Malheureusement, s’il est plein de bonnes volontés, il ne parvient à aller au bout de son sujet et de ses personnages, traitant l’ensemble en surface. Son implication semble s’arrêter à cette ambition de « l’autre chose », l’originalité en somme, distillant ici et là des pointes humoristiques, des clins d’œil aussi (les colombes). Celui qui s’attend à du gunfight devra attendre voire passer son tour. Là n’est pas le propos, la volonté de Wa Ka-Fai. Peace Hotel ambitionne l’atmosphère qui enveloppe ses personnages. Parfois efficace, souvent bancal, il manque à l’ensemble un homme de métier. Pour un premier film, au-delà d’aspects non maitrisés qui laissent à désirer (comme l’intrigue du couple que forment Chow Yun-Fat et Cecilia Yip), il y a tout de même cette petite « chose » qui le rend attractif. On pourra la trouver dans l’emploie de cette caméra portée dans l’action, même si l’emprise n’est pas là. On sent que quelque chose est en train de naitre chez Wa Ka-Fai. On pourra également la trouver dans la musique employée voire ces décors immersifs ou ces prestations réussies des acteurs.

Dernier film dans lequel Chow Yun-Fat joue avant de quitter Hong Kong pour les États-Unis (on sait depuis qu’il y est revenu), Peace Hotel, avec du recul était une page qui se tournait pour en écrire une nouvelle. Cette collaboration, Wa Ka-Fai et John Woo amènera la paire emblématique de la Milkyway : Wa Ka-Fai et Johnnie To Kei-Fung. Elle amènera une nouvelle façon de « faire » du film d’action voire même des éléments de cette « nouvelle touche » à venir (A Hero Never Dies, 1998).

peace hotel_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s