Action, Policier, Triade

Unmatchable Match (1990)

Running men

Pour son deuxième long-métrage, Parkman Wong Pak-Man signait avec The Unmatchable Match (1990) un nouveau polar.

Après le braquage d’une fourgon blindé, le gang de braqueurs qui s’est accaparé de diamants se met en contact avec Fei (Michael Chan Wai-Man) pour qu’il leur trouve un receleur. Le soir de l’échange, les choses tournent mal et Fei devient une cible à abattre. Il ne tarde pas à être rapproché par Lon (Stephen Chow Sing-Chi), un policier infiltré qui a pour mission de démasquer les braqueurs et de retrouver les diamants…

Avec The Unmatchable Match, Michael Chan tient ici le rôle principal avec le tout jeune Stephen Chow qui officiait alors essentiellement dans des productions « sérieuses ». Tout du long, les deux hommes courent pour leur survie, traqués par le personnage de Shing Fui-On, armé d’un fusil à pompe à canon scié et de ses complices. Ce film-ci doit beaucoup à celui de Ringo Lam Ling-Tung, City On Fire (1987). Un flic infiltré et une romance qui bat de l’aile à cause de sa condition mais aussi des braqueurs et cette amitié entre flic et voyou. On retrouve aussi cette situation délicate pour Lon qui doit constamment justifier de sa position vis-à-vis de collègue qui le défit. Il vogue alors sur une frontière étroite où le Bien et le Mal se confondent plus d’une fois. A part ça, Michael Chan y interprète un malfrat respecté qui va comprendre que son statut est peu de chose lorsqu’il se retrouve dans la tourmente. Il ne peut alors que compter sur lui-même et bientôt sur Stephen Chow qui développe du respect pour l’homme qu’il est censé arrêté une fois sa mission accomplie. Autant de sentiments et ressentiments partagés et exposés dans le feu de l’action où les scènes de gunfights parsèment la pellicule. On passera sur les quelques facilités scénaristiques pour se laisser entrainer dans cette course effrénée que Parkman Wong met en scène adroitement.

Avec son rythme tambour battant, The Unmatchable Match offre un spectacle de presque chaque instant. Le duo que forme à l’écran Michael Chan et Stephen Chow fonctionne admirablement. On parvient à avoir de l’empathie, même si pour le second son histoire personnelle semble être une ressuscitée du film de Ringo Lam.

the unmatchable match_peloche

Fiche du film.

Merci à ScreaminJay (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s