Action, Policier, Triade

Jumping Ash (1976)

Street talks

Thriller policier soufflant un vent nouveau sur la production par sa forme peu orthodoxe, Jumping Ash (1976) était le fait de Leung Po-Chi. Ce dernier s’adjoignait à la mise en scène les services de l’actrice Josephine Siao Fong-Fong. En plus d’être co-réalisatrice, la star des années 50 et 60 affichait également la casquette de co-scénariste. Le scénario fut alors écrit en collaboration avec l’ex-flic Phillip Chan Yan-Kin qui signait ses tout premiers travaux pour le cinéma.

Amsterdam. Un assassin (Michael Chan Wai-Man) tue un caïd d’origine asiatique. Hong Kong. Grinning Tiger (Chan Sing) est bien décidé à venger la mort de son patron. Il vise alors l’homme d’affaire Tung (Nick Lam Wai-Kei), le commanditaire. Au milieu d’histoires de drogues et de prostitutions, l’officier Callan Leong (Ga Lun) se retrouve sur le chemin de Tung…

A la production de ce Jumping Ash, on retrouve ni plus ni moins Jimmy Yip Chi-Ming à qui l’on doit des films aussi divers et notables que The Extras (1978), The Servants (1979) – dont le futur cinéaste, Ronny Yu Yan-Tai est ici directeur de la production –, The Club (1981) ou bien encore The Pier (1983). De son côté Leung Po-Chi, après une carrière à la télévision (TVB) et dans la publicité se lançait dans ce premier long-métrage. Il y apportait une fraicheur dans la mise en scène, se dégageant d’une vision traditionaliste. Avec une forme qu’on pourrait qualifier d’expérimentale dans son approche (pour l’époque), il y développait des techniques nouvelles : caméra à l’épaule pour des prises de vues sur le qui-vive. Il y traitait son sujet dans une veine réaliste, quasi-documentaire. Il narrait alors la rivalité entre deux gangs ainsi que le travail de la police dans les bas-fonds hongkongais. Il plongeait le spectateur notamment dans la crasse de Kowloon Walled City, ses trafiquants de drogue, ses assassins, ses flics droits/corrompus, les pots-de-vin et autres informateurs.

Jumping Ash est donc l’emprunte d’un auteur audacieux, osant sortir des carcans connus. Une même audace qui qualifiera d’ailleurs la Nouvelle Vague hongkongaise. Avec ce premier essai, Leung Po-Chi signait un acte cinématographique précurseur. Bien avant le mouvement filmique qui allait naître quelques années plus tard, il faisait de ce film d’action policier une pierre sans édifice parce qu’en avance sur son temps. Du coup, par sa forme innovante mais au rythme inégal, on assiste à une histoire classique de vengeance ensanglantée qui fonctionne de bout en bout. On reconnait ici le vécu de Phillip Chan qu’il retranscrit avec véracité, surtout les parties dédiées à la police. Elles suintent l’anecdote, ces chroniques de flics à la fois légères et graves. Il est également inspiré dans l’écriture de ses personnages. Ainsi, Michael Chan d’un côté et Chan Sing de l’autre campent des tueurs à l’aura pleine de conviction et de force. Au milieu, Ga Lun interprète avec chien ce flic faisant avec ses hauts et ses bas. Nous sommes alors devant un thriller policier qui parvient à captiver.

Avant des polars comme The System (1979) ou bien Cops and Robbers (1979), Jumping Ash s’inscrivait dans une nouvelle façon de faire du cinéma « vérité ». Un cinéma traitant un propos réaliste, sans fioriture et artefacts fictifs propre à l’industrie cinématographique des studios. Une petite révolution romançant la « vraie vie » à l’image du néo-réalisme italien.

A noter la présence pour ses débuts au cinéma de William Ho Ka-Kui, acteur pas encore passé devant la caméra comme assistant-réalisateur.

jumping ash_peloche

Fiche du film.

Merci à Whirlwind (VHS)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s