Comédie, Fantastique

Jokers Playing Games (1987)

La femme, les fantômes et les Gyonshi

Jokers Playing Games (1987) est une comédie fantastique réalisée par un duo de cinéastes qui n’aura que peu fait parler de lui par la suite. Tout d’abord « le plus implanté », Kong Yeung (également scénariste) qui livrait-là son premier long-métrage. Un deuxième verra le jour aux débuts des années 90. Une production érotique dont il sera également le scénariste. Ensuite, Yeung Tong-Mei qui signait quant à lui son unique coup d’essai connu dans l’industrie cinématographique.

Vivant dans un petit quartier avec son frère poissonnier (Chun Wong), Eliza (Eliza Yue Chi-Wai) est le sujet de toutes les attentions. La jeune femme s’attire la sympathie de bon nombre d’hommes comme le coiffeur (Law Ho-Kai), parieur à ses heures et qui n’a d’yeux que pour elle. Lorsque son frère demande à la faire ausculter par un médecin (Bill Tung Biu) pratiquant la médecine chinoise traditionnelle, la situation sème le trouble au sein de la petite communauté…

Produit par Mok Wan-Ha – actrice qui a officié essentiellement à la fin des années 40 jusqu’aux années 70 – Jokers Playing Games est l’archétype même de ces comédies populaires qui manque aussi bien de rigueur scénaristique que technique. On sait que nous sommes devant une petite production faisant avec les moyens du bord, réunissant une poignée de tête connues (Bill Tung et Tang Pik-Wan) ainsi que des acteurs de seconde zone, familier du public. Le sentiment qui se dégage de ce Jokers Playing Games est en gros : advienne ce qui pourra. Et les acteurs ne pourront pas grand-chose tant ils ne sont pas aidés par le duo de réalisateurs. Il en va de même de cette histoire dans laquelle ils se démènent tant bien que mal. Le spectacle est pauvre. L’humour fait rarement mouche bien qu’il parvienne de temps à autre à arracher un sourire. Le film est contaminé par un faux-rythme qui laisse s’immiscer des moments ennuyeux. Bref, Jokers Playing Games ne semble pas savoir où aller. En premier lieu, on assiste à une « chasse » amoureuse entre deux hommes se tirant la bourre pour une jeune femme, sœur d’un ami à eux. Après une révélation qui la concerne, l’action se délocalise sur la jeune femme et son frère qui trouve alors à s’employer dans une pompe funèbre. Et pour finir, le film nous invite à la « chasse », cette fois-ci d’une âme errante dans laquelle s’invite des policiers de l’au-delà. L’ensemble donne le sentiment d’assister à un film à sketch où l’on parvient péniblement à faire avancer cette pseudo-intrigue multiple au gré des présences des acteurs, sans doute occupés à travailler sur d’autres productions.

Jokers Playing Games est un petit film sans envergure qui en manque d’autant plus cruellement lorsqu’il s’agit de divertir son public. Des personnages libidineux, une séance d’aérobic, un hermaphrodite, des faux Gyonshi ainsi que des fantômes et de la possession ne permettront pas à cette comédie de décoller. Même lorsque la toute première fois de l’un des personnages se fait justement avec un fantôme…

jokers playing games_peloche

Fiche du film.

Merci à ARR (VCD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s