Action, Ero'/Porn', Triade

Dark Street Gigolo (1993)

Du rififi chez les trafiquants d’armes

C’est après avoir vu ce Dark Street Gigolo (1993) plus connu comme A Dancing Boy in Underworld Street alias Black Street que l’on comprend mieux pourquoi Yeung Jing est un tâcheron. C’est lui qui un an plus tard allait réaliser le catastrophique Naked Rose. Tous les maux dont était affublé ce film se retrouvaient un an plus tôt dans ce piètre Category 3 d’action érotique. On y retrouvait quelques noms d’acteurs similaires et une même proportion à l’incohérence.

Kwei (Shing Fui-On) alias Big Cheese est un caïd qui est en affaire avec Chang (Dick Wei, arborant un cache-œil). A cause d’une histoire de trafique d’armes, le premier livre une guerre à un autre caïd, Wei (Melvin Wong Gam-San). Ce dernier entretient une relation avec Wen-Shing (la magnifique Wong Wing-Fong) qui ne supporte plus cette vie aux dangers permanents. Il a une sœur, Wen-Show (la superbe Kathy Gwok Jing-Jun) qui fréquente Hwa (Ken Tong Jan-Yip), un gigolo. Kwei fait enlever Wen-Show pour réaliser un chantage sur Wei. La guerre entre les deux hommes continue de plus belle. D’autant plus que Kwei est trahit par l’un de ses hommes, Hong (Wong Kuen) qui travaille en sous-main pour Chang. Hong en profite pour libérer Wen-Show qui retrouve son frère. De son côté, Wei demande à Hwa de choisir entre sa sœur ou un travail dans son gang. Au grand dam de Wen-Show, Hwa choisit la deuxième option. Hé ouais, notre homme préfère une carrière professionnelle dans le crime que l’amour. En plus, Wen-Show s’en doutait ! En même temps, venant d’un gigolo qu’on ne verra jamais en action… (Pardon, je m’égare). Chang fait alors surface et l’on découvre avec lui le passif qui le lie à Wei…

Dark Street Gigolo interpelle, par son titre déjà et par son récit brouillon à l’anti-narration prononcé dans ce vide exposé. On pourrait résumer ce spectacle au budget dérisoire comme un amoncellement de scènes d’actions, des fusillades avec quelques explosions que l’on qualifiera de décentes, au vu des moyens. On compte leur nombre sur les doigts d’une main. Et aussi comme une addition de scènes de sexe qu’on a du mal à expliquer. Elles tombent le plus souvent comme un cheveu sur la soupe. Un peu comme si elles étaient repêchées d’un autre film. Ce sera également le cas dans Naked Rose. Du coup, on assiste à un métrage le plus souvent incompréhensible. Il est à l’image de son montage qui rend l’entendement à cette histoire des plus périlleuses. On n’entre jamais réellement dans ce Cat.III, voguant entre l’ennui et le sursaut que procurent les gunfights. Au de-là de ça, Dark Street Gigolo se révèle assez curieux pour que l’on s’intéresse à lui, à sa poignée de personnages et surtout de quelle façon ce joyeux bordel criminel va se terminer. Et comme souvent à Hong Kong, il faut attendre la fin du film pour avoir le meilleur.

Dark Street Gigolo est un mauvais film sans grand intérêt. Si ce n’est celui de voir Shing Fui-On comme on l’aime, c’est-à-dire en caïd sans scrupule qui mitraille dans tous les sens. Il est admirablement imité par Melvin Wong et Dick Wei qui s’offrent pour l’occasion un face à face explosif lors du dénouement final.

Une spéciale pour l’acteur Lam Gwong-Chun en tueur à gage recouvert d’un bas sur la tête, véritable pied nickelé du crime des plus risible qui soi.

A noter la possible interprétation de Wong Tak-Sang en travesti faisant appel à une agence de prostitution d’hommes. « Possible » car il est difficilement reconnaissable sans son bouc qui le caractérise tant. Mais c’est lui ! Sinon qui d’autre ?

dark street gigolo_peloche

Fiche du film (1)

et Fiche du film (2)

Merci à Toto14 (VCD)

Par défaut

4 réflexions sur “Dark Street Gigolo (1993)

    • Et magnifiquement conduite d’une main de maître par Melvin Wong qui déssoude du peop’ en tenant de l’autre son pompe.
      D’ailleurs dans ce final, y a une sacrée erreur de montage qui concerne Ken Tong. Ce qui me fait dire que lorsque Ken Tong est dans le coin, durant les années 90 (je précise puisque sa filmo’ 80’s n’était pas dégueu’) y a moyen que le spectacle soit puant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s