Action, Drame, Ero'/Porn', Fantastique

Internet Mirage (1999)

Illusion

Le vieux briscard Phillip Ko Fei dégainait en 1999 pas moins de dix réalisations, et dont la moitié était des productions pour adulte (pour lesquels on retrouve un même scénariste : Wong Cheuk-Sang). Cet Internet Mirage (1999) fait partie de ce dernier lot et s’annonce comme un Cat. III érotico-dramatique à base de romance et de tueurs à gages.

Un homme d’affaire, Wong Kwok-Leung (Charlie Cho Cha-Lee) qui trompe sa femme, Kwan Lei-Ping est approché par Siu Yu, un inventeur. Ce dernier, accessoirement l’ami de Yu Feng, un tueur à gage qui connait Kwan Lei-Ping a inventé des lunettes qui permettent de faire l’amour virtuellement : les « sex contact sunglasses ». Siu Yu aimerait vendre son invention mais à un prix trop excessif pour Wong Kwok-Leung. Face à son refus, Siu Yu le menace de détourner l’image de sa femme au profit de son invention. Dégoûté par ce vil chantage, Wong Kwok-Leung fait appel à un ami, Ma Yok-Shing (Phillip Ko) pour lui trouver un tueur à gage qui se débarrasserait de l’inventeur. Ma Yok-Shing engage alors Yu Feng tandis que Wong Kwok-Leung met tout en œuvre pour coucher avec Mina, une mannequin…

Se déroulant uniquement dans un complexe hôtelier (aux Philippines ? Cambodge ? C’est en Asie du Sud-Est, sûr), Internet Mirage est l’archétype même du film de vacance. Imaginez  ce brave Phillip Ko qui se dore la pilule au soleil avec quelques potes et puis tiens ! Idée ! Et si on faisait un film en plus pour rentabiliser tout ça ?! Et vas-y bonhomme, sors ton caméscope. Envoie des plans qu’on croirait sortis tout droit d’un film d’auteur des années 80, style européen. Tu sais, où l’acteur tape la pose, en silence, regard au loin. Écris une histoire sur un bout de serviette en papier du restaurant d’à côté. Un truc vu et revu qui puisse tenir la route sur une durée de film standard pour commercialisation directe en vidéo. Mais ! Donnons-lui un cachet high-tech parce qu’à l’aube du 21ème siècle. Hésite pas à engager du personnel du complexe hôtelier pour interprétés des rôles. Et… bingo ! Tu viens d’accoucher d’un film qui symbolise les méandres du néant cinématographique. Il n’en est pas à son premier coup d’essai le roublard Phillip Ko. Il en a des kilomètres au compteur. Le septième art, il s’en contrefiche. Ce qu’il veut c’est son gagne-pain facile et comme le sexe a toujours été vendeur, il en offre. Pauvrement certes mais il en offre. Du coup, il faut s’imaginer la platitude d’un tel film. La mise en scène est sans saveur comme son histoire qui n’embarque jamais le spectateur. Son mauvais rythme nous plonge dans l’ennui total, où l’on peine à trouver la force de rigoler des répliques à deux balles et des mises en situation ridicules, comme de ces flingues en plastique qui ne tirent jamais un coup de feu. On ne remerciera jamais assez le travail réalisé en post-prod’. Tout aussi risibles sont les acteurs qu’on croirait pêcher sur le bord de mer. Pour les vétérans, Charlie Cho fait du Charlie Cho, il en va de même de Phillip Ko qui fait du… lui-même.

Internet Mirage fait partie de la diarrhée de production pour adulte signé par Titus Ho Wing-Lam en 1999. Oui, oui le cinéaste de Red Spell Spells Red (1983). Que lui est-il arrivé entre-temps ? Sous la casquette de producteur, il signait alors pour cette année-là : 38 films, la grande majorité étant des productions érotiques estampillées Category 3. L’une d’elle, cet Internet Mirage, un piètre film tablant sur l’émergence d’Internet pour l’incorporer à son titre et en faire un produit plus vendeur. Le marketing de bas étage n’a pas de limite ! Notez le nom de la boîte de prod’ à l’origine de cette catastrophe : la Winner’s Workshop. Et Fuyez !

internet mirage_peloche

Fiche du film.

Merci à MasterOfGore

Par défaut

9 réflexions sur “Internet Mirage (1999)

  1. Chip E dit :

    Aaaaah les grandes oeuvres métaphysiques du non moins grand Phillip Ko Fei ! Je suis curieux de savoir s’il est encore actif aujourd’hui cinématographiquement, même de façon sporadique…

  2. Chip E dit :

    À en croire l’IMDB, sa dernière activité cinématographique remonte à 2009 en tant que fight director pour un film – je vous le donne en mille – philippin: Ang Panday.
    Et à en lire les reviews bah, ça a l’air toujours aussi nul que ce dans quoi il trempait jadis.

    • Martin dit :

      Mon dieu .. un HKphile qui utilise IMDB! :O

      Ce bon Titus s’est fait plaisir un 1999, a croire que les triades avait besoin de blanchir pas mal d’argent à l’approche du nouveau millénaire.

      • @ Chip E : Philippines ? M’étonne pas.😉 Et il se serait également occupé des choré’ d’action sur « The Love of Three Smile: Scholar and the Beauty » en 2010, un film chinois (HKMDB). Comme quoi il a encore des ressources le bonhomme ! ^^ Maintenant à savoir ce que cela vaut…

        @ Martin : Pour Titus, il faudrait regarder du côté de la 14K. 1999 était une année faste à Macao. Et sachant qu’ils ont des ramifications jusqu’à HK…

  3. Chip E dit :

    L’a raison Martin Guerre, qu’est-ce que je branle sur l’IMDB moi, alors qu’ils sont même pas à jour sur la filmo du grand Phillip ! Je pense que ton titre de 2010 ne vaut guère mieux, Illitch, cela dit… ^^

    • Il est clair qu’IMDB reste à l’ouest sur une flopée de cinématographie, dont HK. On ne va même pas parler ici du cinoche japonais qui me tient tant à coeur. Pour les infos HK, j’en suis à préférer HKMDB à HKCM mais il y a surtout la HKFA (et ça pour le coup, ça aide pas mal).

      Pour Phillip, le savoir encore en activité me met du baume au coeur !😉

      • Chip E dit :

        Oui voilà, le truc c’est que quand on est un aficionado de films HK autant que nippons, américains, british et italiens, IMDB est un peu le choix par défaut. Après pour les lacunes, c’est bien de jeter un oeil à gauche à droite sur d’autres databases – merci de suggérer HKFA que je ne connaissais pas.

        Et bonne année en passant !🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s