Action, Drame, Policier

The Last Blood (1991)

Goutte à goutte

Retitré en Grande-Bretagne Hard Boiled 2 (les british ont un sens de l’humour caractéristique), The Last Blood (aka Twelve Hours to Die, 1991) est un divertissement Wong Jingesque dans toute sa splendeur.

A Singapour, le Daka Lama (Law Shu-Kei, pour ne pas citer le Dalaï) est la cible d’une fusillade orchestrée par des terroristes japonais de la JRA. Dans la cohue, Ling (Chui Sau-Lai), une jeune femme est prise en otage et abattue à bout portant. Elle est la petite-amie de Bee (Andy Lau Tak-Wah), petit délinquant venu passer des vacances avec elle. Par miracle, elle survit. Ces deux victimes qui ont perdus beaucoup de sang doivent être transfusées au plus vite. Problème, ils sont d’un groupe sanguin très rare. La police et Bee se lancent alors à la recherche de donneurs que les terroristes éliminent un à un…

Sur une idée peu crédible sur laquelle on passera, The Last Blood est un film d’action dans une veine Bullet Ballet qui tient la route en gardant un rythme constant. Il le garde d’autant plus que nos personnages réalisent une course contre la montre à travers la ville-état (Singapour) pour sauver des victimes nécessitant d’une transfusion sanguine. Et s’il y a bien une chose qu’on peut écrire ici, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Les scènes d’actions s’enchainent sans temps-mort. Il s’y mêle gunfights et combats aux poings, sans oublier une course-poursuite qui vaut le coup d’œil. On notera pour le coup une certaine violence « choc » qu’on pourrait qualifier de « dark ». Comme on n’oubliera pas, non plus de citer la marque humoristique qui définit tant Wong Jing. Un humour qui est distillé ici et là. D’ailleurs, il n’est pas sûr que les non-initiés apprécient le spectacle dans sa globalité (ou tout court). Sans ça, The Last Blood a un côté Une journée en enfer (1995) avant l’heure. En tout cas, les terroristes japonais que l’on voit à l’écran n’ont rien à envier aux bad guys des deux premiers Die Hard. Ils quadrillent la ville pour faire pleurer les douilles et couler le sang. Un bonheur.

The Last Blood nous offre un spectacle de haute tenue, dont on oubliera le prétexte scénaristique pour nous en mettre plein la vue. Le duo Andy Lau et Alan Tam Wing-Lun nous gratifie d’un buddie movie de taille qu’Eric Tsang Chi-Wai agrémente de sa présence.

the last blood_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s