Comédie, Fantastique

Switch-Over (1994)

Kung-fu girl meets aerobic girl

Avec Switch-Over (1994), Leung Joh-Chi clôturait sa filmographie de trois films. Il mettait à nouveau en scène l’actrice Jacqueline Law Wai-Guen dans cette comédie fantastique.

Ying-Choi (Jacqueline Law) est un garçon manqué et c’est peu dire. L’ensemble de son entourage, voisins comme amis pensent qu’elle est un garçon. Elle ne fait rien non plus pour les faire mentir puisqu’elle se bat comme un homme et qu’elle est accoutrée de façon masculine. Ying-Choi est notamment amoureuse de Wah (Chin Ka-Lok), l’un des élèves de kung-fu de son père (Wu Ma) qui la voit comme un bon ami (sans le « e » puisqu’il croit aussi que c’est un garçon). Un soir, Ying-Choi sauve Monie (Ellen Chan NgaLun) des griffes d’une bande de malotrus voulant abusés d’elle. Elle vient s’installer chez sa tante, Marie (Mimi Chu Mai-Mai) qui s’avère être la voisine de Ying-Choi dont elle est tombée amoureuse. La présence de Monie dans le voisinage change alors les attitudes, surtout masculines. D’ailleurs au grand damne de Ying-Choi, Wah tombe amoureux de Monie qui apporte avec elle une nouvelle discipline : l’aérobic ! Mais Monie n’a d’yeux que pour Ying-Choi…

Voilà une petite comédie sympathique que ce Switch-Over jouant notamment sur les faux-semblants. Un aspect qu’on retrouve souvent dans les films d’époque, où les jeunes femmes pour être à l’égal de l’homme se griment pour être justement pris pour des hommes. Il n’y a que le spectateur qui est complice de l’héroïne et qui perçoit dès les premières secondes sa véritable identité. Ici, nous sommes dans un spectacle contemporain qui s’amuse à faire passer Jacqueline Law pour un garçon et dont découle alors des situations plutôt drôles. D’autant plus que la jeune femme a dû répondant, et que physiquement elle est supérieure à bien d’entre eux. La scène d’ouverture avec son face à face dans un bras de fer donne le la. L’exposition entamée, où l’on s’immisce dans son petit univers prend un tout autre tournant lors de l’arrivée de la délicieuse Ellen Chan. L’humour continu à être bien présent et joue surtout sur les difficultés que Ying-Choi rencontre à préserver son identité, d’autant plus qu’un triangle amoureux se forme. De là se dégage quelques scènes bien senties qui amusent. Cette comédie légère prend un nouveau virage à mi-parcours. On entre de plein pied dans la comédie fantastique, il s’invite alors le personnage interprété par Gabriel Wong Yat-San, un fantôme vierge qui refuse d’aller en enfer. Il prendra possession de la pauvre Ying-Choi et sèmera pour le plus grand plaisir de ses spectateurs la zizanie. Entre alors en action le gardien de l’enfer corrompu (Charlie Cho Cha-Lee), censé ramener avec lui le fantôme et un prêtre taoïste sous les traits de William Ho Ka-Kui. Dès lors, on assiste à un acte final enthousiasmant qui part dans tous les sens et dont le véritable visage de Ying-Choi sera révélé.

Switch-Over est un honnête divertissant. Certes, ses intrigues sont basiques et un peu faciles dans leur développement, mais le film reste agréable à suivre. D’autant plus que les acteurs campent comme il se doit leur rôle respectif.

switch-over_peloche

Fiche du film.

Merci à Toto14

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s