Drame, Epouvante/Horreur, Fantastique

The Rape After (1984)

La statuette

Unique mise en scène de Tom Lau Moon-Tong, chef op’ prolifique The Rape After (1984) est un film d’épouvante et d’horreur tablant sur des scènes gores, et dont il n’est pas étonnant de voir son auteur également au poste de directeur de la photographie. Il en est accessoirement le scénariste.

Shu Ya (Shrila Chun Wai-Man) est une jolie jeune femme qui s’occupe de son jeune frère atteint de malformation et placé dans un institut. Elle vit de mannequinat. Sur une séance photo, Mr Mo (Melvin Wong Gam-San), le photographe vole une statuette maléfique. Il raccompagne son mannequin Shu Ya chez lui. Ils boivent un verre et dorment chacun de leur côté. La statuette en profite pour laisser échapper sa malédiction qui s’abat sur Shu Ya endormie…

Globalement, The Rape After est un film profondément orientale mais qui est très inspiré par des auteurs européens, registre horrifique. On y retrouve une ambiance, une certaine mise en image avec l’appel aux superstitions de l’est qui rencontrerait une malédiction de l’ouest. Le résultat se veut alors singulier mais également mitigé. Tom Lau parvient à créer une atmosphère effrayante, jouant sur nos peurs. Si l’histoire est basique et sans réelle surprise, elle livre des moments forts, le plus souvent gores qui enfoncent l’aspect angoissant de l’œuvre. On notera une jolie photo bleutée qui participe au sinistre où s’invite notamment des séances d’exorcismes et même des zombies. Mais voilà, force est de constater que l’intrigue peine à avancer. Conséquence, c’est le rythme qui en pâti et la tension aussi. Et si la photo est un vrai élément positif, la mise en scène est loin d’être toujours inspirée. Ce manque d’inspiration jusque dans le casting, un gros bémol concernant Melvin Wong, tête d’affiche de cette production. Seule Shrila Chun tire son épingle du jeu, fautant par moment mais comparativement, la seule apportant « un petit quelque chose ».

The Rape After, l’un des films précurseurs du film de genre, tendance extrême ? Assurément. Et comme de nombreux précurseurs, il souffre de défauts qui minent l’ensemble. Mais au-delà de ces aspects, des séquences resteront : autopsie, avortement, attaque d’oiseaux en feu et j’en passe…

the rape after_peloche

Fiche du film.

Merci à meatisgood

Par défaut

2 réflexions sur “The Rape After (1984)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s