Action, Comédie

Easy Money (1991)

Pour l’argent

Easy Money (1991) est une comédie d’O Sing-Pui, acteur de second plan au physique atypique de gringalet qui est apparu dans une poignée de films tout en travaillant derrière la caméra. Il met en scène un trio : Losall (Wan Kwong), Tatcher (Shing Fui-On) et Tom (Simon Loui Yu-Yeung, inexistant). Ces derniers sont sans un sou et doivent de l’argent à un créancier. Ils tentent de trouver une combine pour les sortir de leur situation commune. Ils ne tardent pas à repérer deux jeunes femmes, Susie (Amy Yip Ji-Mei) et sa sœur (Helen Yung Hang-Laan) qu’ils soupçonnent d’être fortuné. Ils les approchent et essaient de les séduire. Quant aux jeunes femmes, elles sont persuadées d’être en présence d’hommes riches qu’elles comptent séduire à leur tour pour leur fortune…

Jouons carte sur table, Easy Money n’est pas un bon film. Il n’est pas une bonne comédie. Il n’y a vraiment pas grand-chose à se mettre devant les yeux tant elle manque d’originalité mais surtout d’idée. Qu’une comédie ne soit pas originale, à la limite cela n’a pas d’importance. Mais si en plus, cette comédie ne parvient à divertir correctement alors il n’y a plus beaucoup à faire pour combattre l’ennui qui s’installe. Notre trio endetté peine à enthousiasmer dans leurs combines et tribulations qui en découlent. On les découvre en chercheur d’emploi. On les voit tenter leur chance comme vendeur porte-à-porte. Ces scènes, de début de film qui introduit nos personnages sont plutôt plaisantes à suivre. On affiche le sourire de circonstance surtout devant le faciès d’un Shing Fui-On qui transporte sa masse (grande et forte). C’est d’ailleurs son personnage qui apportera les quelques scènes à retenir. Qu’il s’énerve avec une machette ou qu’il chante au karaoké tout en faisant du piano, sans oublier la scène de viole (en off) dont il est victime ; et où s’illustre également l’actrice Liu Fan qui campe ici une kidnappeuse (ou un kidnappeur ?), actrice qui joue beaucoup sur son physique pour tenir les rôles homme/femme/travesti. Pour le reste, c’est le vide. On joue un peu sur le physique d’Amy Yip et qui dit Amy Yip dit forte poitrine. D’ailleurs au détour d’une scène, l’actrice Helen Yung s’amuse à toucher et faire du tambour sur les attributs de la jeune femme qu’on résume le plus souvent à ledit buste. Sans ça la comédie d’Easy Money se résume à un humour de situation débile sans saveur et de quiproquo (voir la scène du restaurant) sans réel entrain. Oh, il y a bien ces quelques fulgurances à classer dans le registre « kung-fu » comme cette scène de fin, où Gabriel Wong Yat-San, du moins son personnage aux tics permanents montre de sa personne face à celui de Wan Kwong. Mais même là… pas de quoi s’enflammer.

Easy Money est une comédie de bas étage qu’on préfèrera oublier. On pourra toujours garder en mémoire la présence d’Amy Yip ou ce qui la caractérise, c’est selon. Même le cabotinage de Shing Fui-On est peu de chose. A vrai dire, ce film n’est pas à conseiller, sous peine de perdre son temps. Ou peut-être pour les complétistes désabusés sur ce genre de marchandise.

easy money_peloche

Fiche du film.

Merci à Toto14 (VCD)

Par défaut

2 réflexions sur “Easy Money (1991)

  1. Alors là, sur ce coup, je te trouve plutôt sévère. Car sans être sensationnel, il est plutôt bien passé. C’est du basique, certes, mais ça se prend pas le chou et ça fait avec les moyens du bord qui sont plutôt bien exploité… Et je pense aussi que la version pourri que tu as vu n’aide pas les choses. Pour info, j’ai trouvé depuis la version VCD d’où se streamsource est tiré.

    • Ah bah, pour le coup, je te trouve plutôt complaisant. Et je cherche encore ce que l’on pourrait en tirer (tu auras au moins exprimé ton point de vue contraire sur ledit film, c’est cool). Sinon, oui c’est basique, tu as raison et il m’arrive d’apprécier et même d’aimer les choses basiques. Mais là… il vient un moment où je ne suis plus là pour tenter de trouver de quoi rehausser le niveau.

      Quant à la version, je ne saurais dire. J’ai surkiffé des films visionnés dans des qualités dégueulasses alors… pourquoi pas là ? Allez, je vais écrire que ma subjectivité aura eu raison de cette daube !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s