Action, Drame

Island of Fire (1990)

Destins croisés

Chu Yen-Ping réalise avec Island of Fire (1990) un film d’action parsemé de combats martiaux dans et sur l’univers carcéral. Il réunit surtout quatre pointures de l’industrie cinématographique hongkongaise pour interpréter quatre personnages qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, si ce n’est un lieu : la prison. Du coup, ce lieu devient à son tour un personnage principal à part entière où Tony Leung Ka-Fai, Sammo Hung Kam-Bo, Jackie Chan et Andy Lau Tak-Wah l’arpentent, mené chacun par une motivation personnelle.

Island of Fire, bien avant Oz aux États-Unis (série TV de 6 saisons) multiplie les personnages et leurs histoires propres, ne réunissant véritablement ses protagonistes principaux qu’en toute fin de film. Le récit s’arrête sur l’un, rebondit sur l’autre, les fait se croiser, raconte leur vie d’incarcéré comme une éternelle passation de témoin jusqu’au dénouement final. On y croise aussi un Jimmy Wang Yu (également producteur) charismatique en vieux chef de prison défiant l’autorité carcérale. Sans oublier le génial Jack Kao Kuo-Hsin (Full Alert, 1997) dans le rôle d’une terreur qui est épaulé par un monsieur muscle.

Drame nous dévoilant la violence pénitentiaire, Island of Fire est l’histoire de l’inspecteur Huang (Tony Leung Ka-Fai) qui enquête sur le meurtre de son chef. Ce dernier aurait été tué par un malfrat, officiellement condamné à mort et exécuté par les autorités. Huang s’infiltre alors dans une prison pour y récolter des informations. Il va découvrir l’enfer des prisons entre la violence des co-détenus et celle des surveillants…

Island of Fire, s’il n’est pas original en pompant des scènes ici et là a au moins le mérite d’être un film survitaminé avec de bonnes scènes d’action. Les stars marquent de leur présence. Il manque tout de même une chose essentielle qui aurait pu apporter un plus à ces histoires dans l’histoire : l’émotion. Malheureusement, ce manque ne parvient pas à faire en sorte qu’on s’imprègne des personnages. On garde en permanence une certaine distance. Si ce n’est le personnage joué par Sammo Hung, le plus touchant. Un personnage qui additionne les évasions pour profiter d’un fils dont l’absence le fait souffrir.

On s’étonnera de voir Jackie Chan (coupe à la Mireille Mathieu) jouer dans un film aussi violent, chose qui fut également le cas avec Crime Story (1993). Il en garde d’ailleurs une aversion totale puisqu’il travaille une image propre et tous publics. Enfin, il est clair que si Island of Fire n’avait pas un casting de vedette avec des premiers et seconds rôles de taille l’attrait ne serait sans doute pas le même. Il n’en reste pas moins que ce film de Chu Yen-Ping reste un film HK, oups (!) taïwanais à voir et montre une certaine efficacité par moment, faute encore d’être toujours original.

island of fire_peloche

Fiche du film.

Par défaut

Une réflexion sur “Island of Fire (1990)

  1. Flotomatik dit :

    Perso, je trouve ce film très émouvant, avec une vraie ambiance. Je n’suis pourtant pas très fan des films de prisons mais celui ci me tient beaucoup à coeur. Casting 5 étoiles !! Le final est très bon je trouve, on sort enfin de l’obscurité de la prison, mais est ce que la lumière du jour va leur réussir ?… ( Quand j’ai découvert le film, il y a une dizaine d’années, je ne m’y connaissais pas en film HK, je l’avais loué pour la mention Jackie Chan🙂, et bizarrement j’ai super bien accroché alors que j’aurai très bien pu avoir l’impression de m’etre fait avoir par cette jaquette mettant en avant Jackie Chan alors qu’il n’a qu’un second role. )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s