Drame

Hiroshima 28 (1974)

Generation

Ce drame, Hiroshima 28 (1974) de Patrick Lung Kong à qui l’on doit la source d’inspiration de John Woo avec The Story of a Discharged Prisoner (1967) place son action au Japon. Le cinéaste hongkongais y réalise un film purement chinois (l’ensemble du casting principal) mais en prenant un contexte quant à lui exclusivement japonais puisque plaçant son action à Hiroshima. L’auteur (également co-scénariste avec Maang Gwan) se donne le rôle d’un journaliste hongkongais qui enquête sur les retombées de la bombe automatique et les conséquences de cet holocauste nucléaire sur la deuxième génération des victimes. On y suit alors une famille traditionnelle japonaise masquant un lourd secret dont l’une des filles, Yoshiko (Josephine Siao Fong-Fong) se voit atteinte d’une leucémie…

Si l’on dépasse le fait de voir des acteurs hongkongais interprétés des personnages japonais en s’exprimant en chinois, Hiroshima 28 se révèle à nous comme un message surprenant et osé pour l’époque. La nature même du film est engagée puisque le cinéaste dépasse les vieux ressentiments à l’égard des japonais (dont historiquement l’occupation militaire passe encore mal de nos jours) pour nous narrer cette histoire. Surtout, Patrick Lung Kong n’hésite pas d’une certaine façon à travers son discours à blâmer les japonais comme étant les responsables de ce largage. L’action du film prend place durant le 28ème anniversaire du bombardement qu’a connu la ville. Cette fiction conserve en elle une façon d’opérer quasi-documentaire. Le réalisateur n’hésite pas à utiliser des images d’archives (notamment celles de la cérémonie commémorative) pour renforcer l’impact de son propos. Un propos qui traite entre autre des conséquences et du sort réservés aux survivants de la Bombe. Cette sensibilisation passe par un discours qui brasse des thèmes comme le désarmement nucléaire tandis que nous sommes en pleine course à l’armement (le monde est alors plongé dans la guerre froide avec la peur de voir revivre ces évènements tragiques) et les mouvements pacifistes anti-nucléaire (quelque peu « moqué » par l’auteur sur leur inutilité). Surtout ce film par sa nature internationale tend à parler au plus grand nombre, au-delà des nationalités et de la géographie mondiale.

Hiroshima 28 est un mélodrame familial au propos fort et ambitieux. Un film qui se révèle à nous comme majeur et courageux parce qu’étant une véritable rareté dans le panorama de l’industrie cinématographique hongkongaise. Le film n’évite malheureusement pas des petits poncifs mélodramatiques qu’on passe sous silence devant l’audace du discours.

Fiche du film.

Merci à valorasII (DVD)

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s