Policier

The Twist (1995)

Sadiques

Je ne peux croire à la vision de The Twist (1995) que ce film puisse défendre d’une quelconque manière que ce soit l’activité policière. Pourtant ce film, dans lequel Simon Yam Tat-Wah campe un braqueur est réalisé par Danny Lee Sau-Yin. L’acteur aux multiples casquettes est une figure emblématique des personnages policiers sans peur du grand écran et il a toujours été un « bon ami » des forces de l’ordre hongkongaises. Bien qu’il y ait toujours montré plus ou moins des policiers over the top dans leur mission, on ne peut pas dire qu’il livre ici un tableau très glorieux. Allez savoir, The Twist était peut-être le film de trop puisqu’il signait alors sa dernière mise en scène et son deuxième film de suite subissant une classification Category 3, et ce, après l’intéressant Dr Lamb (1992).

Trois hommes aidés d’une complice parviennent à détourner un fourgon blindé et à emporter avec eux 170 millions de dollars HK. Pour tenter de résoudre cette affaire au plus vite, l’OCTB envoi sa meilleure équipe menée par Lee Tit-Kin. La chasse est ouverte…

Pour sa dixième et dernière réalisation, Danny Lee (permanenté) se donne donc encore un énième rôle de policier à l’écran. The Twist nous embarque dans un film policier lambda. On y suit une équipe de flic qui enquête en tentant de coincer les braqueurs qui profitent de leur argent. Ils retrouvent très vite la piste du cerveau, Yam Ka-Wah dont Simon Yam prête ses traits. Il forme une espèce de couple à la Bonnie & Clyde avec Kwan Oi Ling qui est interprétée par l’actrice Suki Kwan Sau-Mei (souvenons-nous d’elle dans A True Mob Story). Les deux tourtereaux se moquent un long moment de la police avant d’être interpellés pour de bon. Une police qui va tenter de renverser la donne durant les quarante-huit heures de garde à vue. Très vite The Twist frappe. Il rappelle indubitablement un autre film d’une trempe supérieur, OCTB (1994). Danny Lee semble nous offrir un presque plagiat jusque dans le casting où certains acteurs composaient déjà son équipe de choc dans le film de Kirk Wong Chi-Keung. On retrouve ainsi Parkman Wong Pak-Man et Fan Siu-Wong. Dans le rôle du méchant, l’exubérance de Simon Yam à la garde-robe… toute aussi exubérante remplace ici le torturé Anthony Wong Chau-Sang. L’homme est désinvolte et crâneur. Il s’associe pour son braquage à deux personnages endossés par deux gueules du cinéma HK : Shing Fui-On et Tommy Wong Kwong-Leung. Ces derniers s’établissent à merveille dans leur rôle, celui de malfrat bien entendu, presque comme à leur habitude dirons-nous. Le gros moment du film étant pour eux leur passage en Chine Continentale ou comment Danny Lee allait d’une certaine façon justifier la torture employée en fin de métrage. C’est toujours moins pire qu’en République Populaire de Chine, hein ? N’est-ce que pas Danny ?! C’est ça… poursuivons.

Tout change dans le dernier quart d’heure de The Twist. Il est fort à parier que ce dernier quart d’heure a suffi justement à labelliser le film « Category 3 ». Cette fin est un morceau de pur sadisme policier qui ferait glacer le sang à n’importe quel malfrat. Une fin plus que limite et à la morale douteuse. La violence y est dure et malsaine. Chose surprenante, Danny Lee allège son propos avec des pointes humoristique. Un humour vite supplanté par l’ambiance qui en découle et dont le but atteint interpelle fortement. Je parle ici des condamnations. Pour le reste, The Twist se laisse regarder sans plus de conviction que cela. Danny Lee nous offre une mise en scène très plan-plan pour un scénario d’investigation qui l’est tout autant. Il n’y a rien de bien transcendant dans tout ça. Petite interpellation : Faut-il y voir quelque chose lorsqu’on apprend que le braqueur principal est d’origine britannique ? Comme de voir que le flic le plus pourri de l’équipe et tape à l’œil s’exprime toujours dans un anglais approximatif ? Sans doute que non. Sans ça de son côté, le casting tient la route surtout si vous êtes enclin à voir un Simon Yam surjouer. Il est toujours appréciable de retrouver des têtes connues qui offrent par ailleurs des prestations correctes. Des prestations à l’image de celle de Suki Kwan qui en donne une de premier plan.

Pour conclure, n’ayons pas peur des mots. The Twist nous montre une police dégueulasse. On y voit des policiers sans morale qui sont prêts à tout pour clore un dossier. Un visage méprisable dépeint par un regard franchement anti-policier pour le coup. Danny Lee en avait-il marre de la « Royal Police HK » ? Une question qui trouve sans doute sa réponse avec The Twist

A noter que The Twist semble s’inspirer, du moins pour le braquage en début de film du célèbre gangster Cheung Tze-Keung alias « Big Spender ». Ce dernier avec son gang avait détourné un camion blindé à l’aéroport. Il était également connu pour collectionner les voitures de luxe à l’image du personnage joué par Simon Yam. Il est à savoir que les activités criminelles de Cheung Tze-Keung inspireront notamment deux films : Operation Billionaires (1998) avec Simon Yam et Big Spender (1999) avec Ray Lui Leung-Wai.

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s