Action, Policier

The Peeping Tom (1997)

L’homme qui aimait les gambettes…

Signé par Ivan Lai Gai-Ming à qui l’on doit Daughter of Darkness (1993) l’un des morceaux de mauvais goût de la Category 3, The Peeping Tom (1997) est un thriller qui met en scène un tueur psychopathe. L’actrice Jade Leung Chang (Fox Hunter, 1995) y interprète l’inspecteur Cheng Hsuen qui tente d’épingler le personnage joué par Mark Cheng Ho-Nam (Devil Girl 18, 1993) et vice versa. Ce dernier est un tueur en série qui s’attaque à de jeune femme qui arborent de jolies jambes. Bientôt, il jette son dévolu sur notre policière. Il s’en prend à son entourage pour tenter de l’alpaguer dans ses filets…

Chose plutôt rare dans ces films de Category 3 d’exploitation pour ne pas le souligner, The Peeping Tom se défend comme il faut notamment par le biais de sa photographie ainsi que la musique employée. La photographie est travaillée tout comme la musique qui accompagne ce métrage. Le film de Ivan Lai se donne les moyens d’offrir un spectacle de qualité, techniquement parlant. En effet, si l’on pourrait allouer le jeu des acteurs mais également les jolies jeunes femmes qui livrent leur sympathique plastique, un film ne doit pas s’arrêter uniquement aux seuls acteurs, cela va de soit. Ivan Lai réalise donc ce The Peeping Tom sans anicroche. On pourrait bien sûr pointer ce doigt accusateur sur ses « raccourcis » qui pullulent. On pourrait bien entendu pointer ce doigt accusateur sur son premier degré mais moi, je l’aime ce premier degré. Il y a des fois un tel sujet peut plonger dans le plus mauvais goût qui soit, c’est certain. Mais là, le pari est réussi et vous aimerez tout comme moi les voir se prendre au sérieux.

Que nous offre alors The Peeping Tom ? Une bonne scène de gunfight en début de métrage, du viol (en même temps, on sait ce que l’on regarde, celle du mini van est remarquable de tension), un psychopathe de première sous les traits de l’excellent beau gosse Mark Cheng affublé d’un flow vestimentaire risible, sans oublier sa paire de lunette aux carreaux orange fluo. On n’oubliera pas non plus sa fascination pour les jambes de femme, déviance que partageait déjà Simon Yam Tat-Wah dans A Day Without Policeman (1993). The Peeping Tom c’est aussi un journaliste frappadingue et une tension plutôt maîtrisée, quoique pas toujours. Une spéciale pour la scène de marquage du « bétail ». Quant à Michael Tse Tin-Wah, il n’est jamais aussi bon que lorsqu’il fait le mort…

Note toute personnelle. J’avais oublié combien Jade Leung était belle à regarder.

Fiche du film.

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s