Policier, Triade

Beyond the Copline (1993)

Infiltrée

Unique réalisation de Alan Chan Kwok-Kuen (connu essentiellement comme acteur), Beyond the Copline (1993) fait partie de ces petites productions standard comme il s’en comptait à la pelle à cette époque. Cette Category 3 a au moins le mérite d’afficher un casting de choix puisqu’on y voit Anthony Wong Chau-Sang (vite expédié mais auteur de LA scène du film), Alex Fong Chung-Sun (sans pitié et sans principe) ou encore Michael Chan Wai-Man (en joueur invétéré), sans oublier quelques têtes connues. On se retrouve tout de même dans un énième film de gangsters avec tout ce que cela incombe (trahison, rivalité,…) notamment avec ses policiers infiltrés. On y suit particulièrement une jeune promue (Carol Lee Yee-Ha) de l’école de police qui accepte de travailler pour le bureau anti-triades. Elle se retrouve très vite en mission d’infiltration, tout d’abord comme hôtesse de bar avant de nouer des liens forts avec deux membres importants d’une « famille »…

Beyond the Copline est le genre de film qu’on a le sentiment d’avoir déjà vu. Il se révèle sans surprise et linéaire. Pourtant il s’en dégage par moment une imprévisibilité tant le caractère des personnages est difficilement perceptible. On notera le volte-face de certains personnages ainsi que leur évolution. Il faut croire que les scénaristes n’ont pas peur d’être contradictoire voire de nous rendre l’ensemble détestable. Au-delà de ça, il y a ce sentiment permanent d’y voir un amoncellement de scène qui se remplace sans réelle homogénéité. Si ce Category 3 tente d’être un divertissement qui se veut à la fois sérieux et donc dramatique, il est également embelli de scène plus comique apportant une certaine légèreté. En parlant légèreté, les scènes pleines de niaiserie qui participent au rapprochement des personnages de Carol Lee et Alex Fong sont juste poilantes. On n’échappe pas non plus à un mauvais goût qui s’invite et qui offre du coup ses lettres « bis » à l’entreprise. Beyond the Copline est notamment et surtout connu pour la fameuse scène de chambre où Anthony Wong en mode pervers maltraite sa femme. Pour le reste, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Les scènes d’actions en plus d’être vite expédiées sont tout justes passables. On se demande par ailleurs ce que font les policiers infiltrés, à part être les témoins passifs de l’histoire qui se joue. Si ce n’est le personnage de Carol Lee qui donne de sa personne puisqu’elle est le plus souvent en train de coucher que de réellement travailler (quoique coucher c’est travailler). J’exagère le trait mais nous n’en sommes pas loin.

Beyond the Copline souffre d’un scénario « torché » et d’une réalisation pauvre. Les acteurs offrent quant à eux des interprétations correctes. Cette Category 3 au budget limité ne marquera pas et s’oubliera très vite.

Une spéciale pour la chemise blanche mouillée de Carol Lee.

A noter que Anthony Wong n’apparaît que dans la première demi-heure du film. Aussi, la fameuse scène qui a fait parler d’elle est parfois censurée. Elle n’apparaît pas dans certaines versions du film.

Fiche du film.

Merci à neardark3 (VCD)

Par défaut

4 réflexions sur “Beyond the Copline (1993)

  1. Martin dit :

    encore une belle bouse … bouh alex, vilain!
    je le préfère pour ses nanars type raiders of loesing treasure, guys in ghost hand ou evil beauty’s rose que ces trucs bien chiants au final.

    • Je te le fais pas écrire !😉
      Et je te rejoins sur les rôles qui ont construit Alex Fong. Le p’tit intérêt de celui-ci si l’en est un, c’est qu’il joue un type plutôt dégueulasse puisqu’il n’hésite pas à trahir et tuer des types de son propre clan ! Pour le reste… aux oubliettes.
      C’est marrant parce que j’étais persuadé que tu n’avais pas plus accroché que ça à « Evil Beauty’s Rose ». Ma mémoire doit me jouer des tours.

      • Martin dit :

        j’ai écris une review dithyrambique pourtant! (sur le site à celui dont on ne peut écrire le nom)

  2. Mais oui ton fameux « Un délice cinématographique pour dangereux pervers. » ! Qu’est-ce que je mettais poilé sur cette phrase. Je confonds sans doute avec un autre film. Et aussi : « avec la tentacule d’une démone SM s’offre comme illustration de l’enfer de l’exploitation HK! » Ce qui me fait penser que je devrais réécrire les chro’ Cat.3 de ce site pour le hkmvc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s